Une infirmière obligée de rester au boulot

Une seule infirmière a été contrainte de prolonger sa journée, malgré la demande de la FIQ, de ne pas faire d'heures supplémentaires, lundi dernier.

Elle a dû rester pour venir prêter main-forte en natalité obstétrique à l'hôpital de Rouyn-Noranda.

Voici le président régional de la FIQ, Michaël Bouchard.

« Dans l'ensemble, oui ç'a bien été en région. On y va avec la définition du Tribunal administratif du travail que ça prend une mesure exceptionnelle pour faire du TSO. Là, c'est une demande qui avait été menée dans la journée, donc on savait déjà qu'il manquerait quelqu'un en soirée. On a dû recourir au temps supplémentaire obligatoire pour gérer cette demande de personnel là. »

-Le président régional de la FIQ, Michaël Bouchard