Une solution pour contrer la pénurie de main-d'oeuvre?

Est-ce qu'on pourrait avoir réglé en quelque sorte le problème de main-d'oeuvre en Abitibi-Témiscamingue?

C'est ce que croit l'entreprise Gnak d'Amos.

Elle est tellement confiante de son idée qu'elle va la présenter à plusieurs entreprises de la région l'instant de deux rencontres.

La solution est dédiée au secteur privé et elle est déployable en moins d'un mois.

Le propriétaire de Gnak, Hans Pelletier, nous parle de son idéologie.

« Il y a un million de personnes au salaire minimum dans le secteur de Montréal et de Laval. 33% de ces personnes ont besoin d'une paye la semaine d'après. On va attaquer ce monde via le web. On devrait toucher 40 000 personnes par semaine via les médias sociaux. On va les amener sur destination Val-d'Or ou destinationRouyn-Noranda.com, pour pouvoir les faire déménager en région. »

-Hans Pelletier

À nouveau Hans Pelletier.

« Il y a quatre points de contact émotionnel qui est important. Il faut absolument qu'on démontre notre sécurité régionale, la santé, l'éducation ainsi que le plein air. Ils n'appliqueront pas sur une job de mécanicien, ils vont appliquer sur 29 jobs de mécanicien. L'entrepreneur en fin de compte appellera les gens à Laval s'il y a de l'intérêt. »

-Hans Pelletier 

Celles-ci auront lieu à l'Hôtel des Gouverneurs de Rouyn-Noranda le jeudi 11 octobre et à Val-d'Or le lendemain.