NOÉ TALBOT

C'est dans la petite municipalité de Chambly, entouré d'un frère et d'une sœur fans de Punk Rock, que Noé Talbot grandit et développe un intérêt prononcé pour jouer dans des groupes. Il faisait déjà sa première tournée canadienne à 17 ans et passait à Musique Plus à 20 ans avec son groupe Old School Politics. Puis, c'est l'Europe qu'il découvre à 21 ans avec son groupe Fortune Cookie Club. Il enchaîne alors les tournées et, en mars 2014, Noé Talbot présente sans surprise son premier EP solo, « Beurre Noir », avec 2 extraits qui traversent encore le petit écran et, cette fois-ci, les radios également. Celui qui aime tant les Vulgaires Machins essuie quelques critiques qui le comparent à toute autre chose. Légèrement agacé, il profite des commentaires pour produire son premier album complet « Déballer le présent » (octobre 2015) qui, lui aussi, attire l'attention, mais cette fois, le son et l'attitude collent parfaitement au projet, ce qui lui vaut des critiques très positives.

L'artiste de Chambly fait plusieurs fois le tour du Québec et accumule près d'une dizaine de tournées européennes avant son 28e anniversaire. Comme il écrit presque autant de chansons qu'il y a d'injustices sociales, il participe à plusieurs autres projets, même outre-Atlantique, pour laisser mûrir son œuvre. Il présente en janvier 2017 un nouvel EP, « Reprises Acoustiques » qui comprend 6 chansons punk qu'il a adaptées en versions acoustiques, puis traduites. Sa version de Substitute de l'artiste Frank Turner lui attire maints éloges, notamment celles de l'auteur lui-même, qui s'en sert à son tour en concert devant son public francophone. En ses sept dernières années de carrière, Noé Talbot a englouti des dizaines de milliers de kilomètres, pansé plusieurs blessures, il est passé de cégépien à enseignant de français au secondaire, et c'est avec ce bagage littéraire et personnel qu'il construit son 2e album complet, « Laisser le poste ouvert ». Sorti le 15 juin 2018, l'album contient des textes personnels, précis et lucides. Noé Talbot a mis « de la crème sur son âme sèche » et ses ecchymoses de punk rockeur. Maintenant qu'il est développé, il affronte le présent avec la ferme intention d'ouvrir un univers encore plus identitaire, tout en conservant la flamme et la hargne qui ont animé sa jeunesse.

Pour l'écouter, c'est par ici !