Les producteurs agricoles lancent un cri du coeur

Les producteurs agricoles de la région ont lancé un cri du coeur lors de l'assemblée générale annuelle de l'UPA du Bas-Saint-Laurent.

Ils ont soulevé les nombreuses difficultés qu'ils ont éprouvé cette année.

Les fermes laitières québécoises écopent de pertes de 167 millions de dollars par année dans la foulée des ententes avec les États-Unis et le Mexique et avec l'Europe.

« Les pertes représentent un mois de production laitière. C’est 8,4% de la production canadienne. Et au Québec seulement, les producteurs laitiers perdent 167 millions de dollars par année. »

Marcel Groleau, président général de l'UPA

L'UPA souhaite que des compensations viennent du gouvernement fédéral.

Les producteurs de porcs déplorent également des pertes qui ne sont pas de leur ressort.

Un conflit commercial entre la Chine et les États-Unis a fait chuté les prix.

Le Québec en est affecté de sorte que les producteurs perdent 100$ par porc livré à l'abattoire.

« Le gouvernement doit intervenir comme le gouvernement américain l’a fait. Ce dernier a déboursé 865 millions de dollars pour soutenir le secteur porcin afin de faire face à la crise. C’est une guerre commerciale entre pays et nous sommes des victimes collatérales. »

Marcel Groleau, président général de l'UPA

Rappelons qu'il y a deux abattoirs québécois importants au Bas-Saint-Laurent.