SHERBROOKE: Un bébé de 2 mois reçoit une surdose de Fentanyl

Les parents de la petite Alysse vivent un véritable cauchemar depuis la naissance prématurée de leur fille. En plus de problèmes respiratoires, le poupon lutte maintenant pour se rétablir d'une surdose de fentanyl prescrite par erreur par du personnel du CHU de Sherbrooke.

Une infirmière aurait confondu le poids du bébé avec la quantité de médicaments à administrer selon le rapport médical obtenu par le Journal de Montréal. L'erreur survenue dans la nuit du 22 au 23 décembre pourrait avoir d'importantes conséquences pour le bébé qui avait été admis à l'hôpital pour des problèmes respiratoires s'apparentant à une pneumonie.

Peu de temps après la prise du médicament, la fillette est tombée en arrêt cardio-respiratoire. Le personnel soignant a dû lui faire un massage cardiaque pour la réanimer. Le bébé serait probablement décédé s'il n'avait pas été branché à un moniteur pour suivre les battements de son coeur. La dose de Fentanyl reçue par l'enfant était assez importante pour tuer un adulte selon le rapport.

Alysse reçoit toujours des soins à l'hôpital. La famille espère qu'elle se sortira de cette mésaventure sans séquelle. 

GoFundMe

LES PARENTS DEMANDENT DE L'AIDE

La famille d'Alysse a demandé de l'aide sur les réseaux sociaux pour traverser l'épreuve. Elle a lancé une campagne GoFundMe pour assumer les frais de déplacement et leurs absences au travail pendant l'hospitalisation de la fillette. Les parents espèrent amasser 2 500$.

La petite Alysse, 2 mois, lutte pour sa vie à l'hôpital de Sherbrooke.

GoFundMe

LE CIUSS DE L'ESTRIE ENQUÊTE

Le CIUSS de l'Estrie a ouvert une enquête et confirme la rédaction d'un rapport d'accident en lien avec la petite Alysse. Elle refuse cependant de commenter plus en détails le dossier médical de la fillette.

"Qu'est-ce qui s'est réellement passé. Quels sont les impacts? Y a-t-il eu des erreurs de commises? Si oui par qui. Le comité va nous faire un rapport avec des recommandations. Nous apporterons, s'il y a lieu, les correctifs nécessaires." - Annie-Andrée Émond, porte-parole CIUSS de l'Estrie.

On ne sait pas encore à quel moment les conclusions de l'enquête seront disponibles.