Gatineau modifie son règlement sur les petits élevages urbains

Les poules et les abeilles sont là pour rester à Gatineau. La Ville a décidé de modifier son règlement sur les petits élevages urbains pour qu'un plus grand nombre de citoyens puissent se procurer une licence.

Le nombre de licences pour les poules pondeuses et les élevages d'abeilles n'est d'ailleurs plus limité.

Jusqu'à cinq poules seront permises par terrain. C'est deux de plus que ce qu'autorisait le projet pilote.

La superficie minimale des terrains est passée de 450 à 350 mètres carrés pour les licences de poules pondeuses.

Les poulaillers sont maintenant acceptés dans les jardins communautaires et collectifs.

Rappelons que la production d'oeufs et de miel est réservée à une consommation personnelle.

La modification du règlement doit être approuvée par les élus au prochain conseil municipal.

« Les deux phases du projet pilote de 2017 et 2018 ont permis de démontrer un réel engouement pour ce programme. L'été dernier, plus de 200 demandes de licence ont été reçues. Ce programme permet aux citoyens de choisir la provenance de leur nourriture. Les citoyens participants peuvent s'approvisionner en oeufs frais de façon quotidienne. L'élevage d'abeilles à miel contribue à la reproduction des végétaux et à l'abondance des récoltes urbaines à Gatineau »

Renée Amyot, présidente de la Commission Gatineau, Ville en santé et conseillère municipale

VIF SUCCÈS POUR LE PROJET PILOTE

L'été dernier, environ 140 permis ont été délivrés pour un élevage de poules urbaines. C'est trois fois plus que l'année précédente.

Un peu plus d'une quinzaine de plaintes seulement ont été reçues, dont quatre pour des poules en liberté.