Maman veut pas de cadeau pour la fête des mères, achetez-y rien. Voici pourquoi.



Ces jours-ci, vous verrez passer des tonnes de suggestions pour faire plaisir à maman le 13 mai (petit reminder en passant, de rien).

Brunch, restaurant, bijoux, arrêtez de stresser avec ça, les moms dans le jus, c’est pas des cadeaux qu’elles veulent… (oui un peu, mais elles vont pas le crier sur tous les toits, tsé).

Si je me fie à  toutes celles que je connais, la vraie de vraie récompense pour une mère, c’est d’avoir du temps pour elle une fois de temps en temps pendant l’année, pas juste UNE JOURNÉE.

DU TEMPS TOUTE SEULE.

  • Moi ma femme a sort jamais, elle préfère rester avec les enfants, donc ta théorie est fausse.

AH AH AH.  Arrête avant que j’en échappe quelques gouttes (je parle effectivement de pipi). Oui, elle se sent coupable de sortir parce qu’elle n’est pas avec ses enfants pendant ce temps-là, non elle ne sort pas souvent parce que ses besoins passent en dernier, tout le temps, pis ça se multiplie par deux avec chaque enfant qu’elle met au monde, mais ça veut pas dire qu’elle en a pas de besoin. On appelle ça la santé mentale, vivre en équilibre dans le chaos.

Avant de choisir son cadeau pour la fête des mères, poses-toi les trois questions suivantes :

  • Son sac de patience est ti à sec. Pis troué ? ;
  • Est-ce qu’elle regarde une bouteille de vin comme si c’était une des 7 merveilles du monde ? ;
  • Sa peau est toute ratatinée ? Parce que ses bains durent de plus en plus longtemps ?

Ça, c’est trois signes qui ne mentent pas qu’elle a besoin de temps pour elle. Pis comme on n’en invente pas du temps (je reste polie), va falloir mettre ça en priorité sur sa liste. Ça se peut qu’elle le fasse pas d’elle-même, faites-lui un beau cadeau, rappelez-lui. Pis même, faites-le donc en identifiant son nom sous cette publication. Ou mieux, partagez ce texte sur son mur. Mettez-la dehors de la maison. Dites-lui qu’elle a le teint pâle, qu’elle cuisine mal, n’importe quoi, que ses jeans date de l’ère préhistorique pis que ça lui en prendrait d’autres,  elle doit faire quelque chose pour elle. JUSTE ELLE.

Compris, la mère ?

 

Julie Normandin, auteure