Des candidats du PPC en faveur de la criminalisation de l'avortement au Canada

Deux candidats du Parti populaire du Canada, le parti de Maxime Bernier, promettent, s'ils sont élus, de déposer un projet de loi pour criminaliser l'avortement pratiqué au-delà de 24 semaines.

Deux candidats du Parti populaire du Canada, formation de Maxime Bernier, promettent s'ils sont élus de déposer un projet de loi pour criminaliser l'avortement pratiqué au-delà de 24 semaines. 

Selon Le Devoir, les deux candidats de l'Alberta, Laura-Lynn Thompson et Paul Mitchell, ont l'appui de 30 collègues au pays, dont deux du Québec, soit Ellen Comeau candidate dans Longueuil-Saint-Hubert et de Patrick St-Onge, candidat dans Honoré-Mercier. 

Ce projet de loi comprendrait une peine de 5 ans de prison pour les femmes qui se feraient avorter au-delà de 6 mois et pour les médecins qui pratiqueraient l'intervention. 

Des exceptions seraient prévues dans la législation, notamment pour les victimes de viol ou encore si le foetus est atteint d'une malformation létale. 

Environ une centaine d'avortements par année seraient pratiqués au-delà de 24 semaines au Québec, alors qu'on dénombre environ 80 000 naissances/an.