Justin John Bresaw apte à poursuivre son deuxième procès

Justin John Bresaw est apte à continuer de subir son deuxième procès pour triples meurtres à Amos. C'est la décision rendue ce matin (mardi) par le juge Étienne Parent de la Cour supérieure. 

 

Toutes les parties étaient présentes. Justin John Bresaw, en détention à Québec et présent par visioconférence, est demeuré impassible à la lecture de la décision.

Le juge Parent estime que la Défense, représentée par Me Julie Bolduc, n'a pas prouvé hors de tout doute que l'accusé était inapte à poursuivre les procédures.

Bresaw a récemment subi une troisième évaluation psychiatrique de 10 jours à Malartic. À la lumière du rapport produit par le Dr Sébastien Proulx et de ses explications additionnelles devant la Cour, le juge Parent en conclut que l'accusé comprend le verdict de culpabilité.

L'homme de 42 ans reconnait aussi le nom des victimes et comprend aussi le rôle des avocats et de la justice. Toutefois, ses décisions sont teintées par le fait qu'il est convaincu que les preuves présentées en cour par la Couronne l'innocentent.

Dans son jugement, le juge Parent indique que, malgré « des capacités cognitives limitées », il n'en demeure pas moins que Bresaw est apte à continuer le procès.

Le dossier a donc été remis au 20 juin prochain, date à laquelle l'avocate de Bresaw, Me Julie Bolduc, devra décider si elle continue ou non de le représenter. Si oui, de nouvelles dates seront déterminées pour continuer le procès et la défense de non-responsabilité criminelle pour cause de troubles mentaux qu'elle compte présenter. Si Me Bolduc se retire, Bresaw devra se trouver un nouvel avocat, ce qui pourrait prendre du temps.

Un procès plein de rebondissements

Bresaw a été condamné à la prison à vie pour les meurtres au premier degré de Diane Duhaime, René Deschâtelets et Jean-Guy Labelle, après avoir été reconnu coupable au terme d'un premier procès en 2015. Les événements sont survenus en 2012 dans une maison où il louait une chambre, à Amos.

La Cour d'appel a ensuite ordonné un deuxième procès, qui a débuté à la fin avril 2019. À la suite de la preuve de la Couronne, l'homme de 42 ans a de nouveau été reconnu coupable, cette fois de trois meurtres au deuxième degré. C'est alors que l'avocate de Bresaw, Me Julie Bolduc, a présenté une défense de non-responsabilité criminelle pour cause de troubles mentaux.

Alors qu'elle allait débuter sa défense en appelant l'accusé à la barre, ce dernier a refusé de témoigner. Elle a alors présenté une requête pour cesser d'occuper, puis l'a suspendue après avoir demandé une nouvelle évaluation psychiatrique de Bresaw pour déterminer son aptitude à subir un procès. Maintenant qu'il est déclaré apte, elle devra se prononcer dans les prochains jours sur la suite de son implication.