Les projets de retraite les plus surprenants!

Quand on planifie bien sa retraite à l’avance, les rêves les plus fous sont permis (ou presque)! Voici des exemples inspirants de gens qui n’ont pas eu peur de sortir des sentiers battus et ont complètement transformé leur vie après leur carrière.

 

Le bénévolat

Aider les autres et leur donner son temps et ses ressources, c’est une cause bien noble et une occupation enrichissante pour de nombreux retraités.

Certains, par contre, poussent l’idée particulièrement loin. Ron Malec, un Américain de 88 ans, a très bien réussi sa vie professionnelle comme développeur immobilier. À sa retraite par contre, il est déménagé en Floride et a tout perdu à cause de son alcoolisme.

Qu’à cela ne tienne : en plus de se réhabiliter complètement, il n’a cessé depuis de se consacrer à aider d’autres personnes à y parvenir. Il a fondé la maison de transition Keystone Halls, à Fort Lauderdale, qui accueille 90 personnes aux prises avec des problèmes de dépendance, incluant 38 places spécifiquement réservées à des vétérans. L’endroit est reconnu pour avoir soutenu des milliers de gens dans le besoin à refaire leur vie.

 

Les voyages

Y a-t-il un projet plus excitant que de partir en voyage et de prendre le temps de découvrir une destination? La retraite peut également être l’occasion rêvée de parcourir le monde et ce, même si toutes les conditions « idéales » ne sont pas nécessairement réunies.

Don et Alison Armstrong, deux Canadiens derrière le blogue Adventures in Wonderland, sont partis faire le tour du monde en 2011, alors qu’il était âgé de 68 ans et elle de 61 ans. Jon était neuropsychologue, épuisé par son travail éreintant et voyait sa santé délciner. Afin de profiter de la vie le plus possible, le couple décide de tout vendre et de voyager… “jusqu’à ce que ce soit le temps d’arrêter”. Près de 6 ans plus tard, ce temps n’est toujours pas venu et ils ont exploré des dizaines de pays, s’attardant à leur guise dans les plus intéressants pendant plusieurs mois.

Leur blogue accompagné de superbes photos témoigne de leurs découvertes, à la fois sur le monde qui les entoure et sur eux-mêmes. La routine ne semble pas leur manquer.

 

Le sport

Il n’y a réellement pas d’âge pour commencer un nouveau sport et s’y consacrer sérieusement… Et même si le golf semble passionnant pour certains retraités, c’est loin d’être la seule option!

Voici un athlète centenaire qui pourrait donner bien des leçons à beaucoup de gens quatre fois plus jeunes : Fauja Singh, un britannique d’origine indienne, qui s’est mis à la course à l’âge vénérable de 89 ans. Fermier pendant une grande partie de sa vie, il est arrivé en Angleterre une fois à la retraite et a commencé à courir après la mort tragique de sa femme et de son fils.

Participant à de nombreux événements sportifs dont 9 marathons, il a fracassé plusieurs records mondiaux dans sa catégorie, tout en amassant des fonds pour différentes œuvres de charité.

Même s’il a maintenant « pris sa retraite officielle » de la course depuis ses 101 ans, M. Singh continue de courir entre 13 et 16 km par jour pour se tenir en forme.

 

Les hobbys

Pendant la vie active, les hobbys peuvent facilement être relégués à l’arrière-plan à cause de toutes les autres obligations plus pressantes. La retraite permet enfin de retrouver des passe-temps de jeunesse, ou encore d’en découvrir d’autres.

Le Français Yannick Loisel, par exemple, a cessé ses activités comme policier dans la ville de Rennes pour embrasser ce qu’il décrit comme « une nouvelle affectation » : celle d’écrivain. À l’âge de 58 ans, il a publié son premier polar, intitulé Max en 2016; le roman a obtenu un succès intéressant et lui a permis de se servir (un peu) des anecdotes qu’il a vécu dans son métier au fil des années.

C’est le hasard qui a conduit M. Loisel à cette voie, puisqu’avant d’arriver à sa retraite, il avait une idée très claire de cette dernière et l’écriture n’en faisait pas du tout partie. Auteur très prolifique, il a depuis terminé 3 romans en un an.

 

La petite entreprise

Travailler encore durant sa retraite? Quand on y pense, l’idée n’est pas si farfelue. Lancer sa petite compagnie permet, à son rythme, d’explorer une passion ou de se consacrer à quelque chose de complètement nouveau et différent.

Et qui sait, cette petite entreprise pourrait même accomplir de grandes choses! Prenons le cas de la Doi Chaang Coffee Company, basée à Vancouver. Celle-ci a été fondée par le Canadien John Darch, qui avait connu une carrière florissante comme directeur dans l’industrie minière, ayant travaillé entre autres en Thaïlande où il s’était familiarisé avec le peuple Ahka, des fermiers habitant une région montagneuse au Nord du pays.

À sa retraite, M. Darch est retourné en Thaïlande et a aidé les Ahka à se sortir de la culture de l’opium en leur proposant de cultiver à la place un café d’excellente qualité, qu’il s’est chargé de distribuer et de vendre.

Maintenant, non seulement l’entreprise a amélioré le niveau de vie des habitants de toute une région, mais elle est également reconnue pour offrir un des cafés les plus exclusifs au monde.

 

Une retraite bien remplie et satisfaisante passe d’abord et avant tout par une bonne planification; même si l’argent ne fait pas le bonheur, l’indépendance financière permet d’ouvrir de nombreux horizons. Parlez-en avec un conseiller financier!