Hausse de 65% des plaintes pour la collecte des ordures à Québec

sacs poubelles

La collecte des ordures a généré 60% de toutes les plaintes enregistrées en 2018 à Québec.

Dans son rapport annuel, le vérificateur général Michel Samson conclut que l'administration n'en fait pas assez pour répondre aux doléances de ses citoyens.

L'an dernier, ce sont 17 321 plaintes (sur un total de 28 903) qui ont été déposées relativement aux poubelles, ce qui représente un bond de 65% par rapport à l'année précédente.

Le nombre restreint de fournisseurs rendrait la ville plus vulnérable et dépendante quand l'un d'eux devient incapable de respecter certaines exigences inscrites au contrat.

C'est surtout l'absence de stratégie à moyen terme qui nous interpelle dans ce dossier-là. On s'est rendu compte qu'un bon nombre (de plaintes) qui sont récurente. La plainte provient de la même personne pour le même sujet. On a des cas, 4 fois, 5 fois, 10 fois la même plaite. Il y a de quoi qui ne fonctionne pas.

Michel Samson, vérificateur général

Les cols bleus en renfort?

L'administration Labeaume prend acte des observations du vérificateur général et assure qu'un plan d'action est déjà en marche afin de rehausser l'efficacité du ramassage des ordures.

Une analyse est en cours pour évaluer l'option de ramener une portion des services en régie interne. Les arrondissements de Charlesbourg, Saint-Foy, Sillery et Beauport ont été évoqués.

Rappelons que la ville avait entrepris la privatisation de la collecte des ordures en 2009 avec l'objectif de réduire la facture et  et de faire fondre sa masse salariale.

Sur le marché de Québec il y a deux grands joueurs. Comme nous sommes exposés par la faiblesse de la compétitivité, il faut voir par quel mécanisme on peut mitiger ce risque là. Est-ce que ça pourrait être par exemple une équipe à l'interne qui viendrait palier s'il y a des problèmes dans certains secteur?

Rémy Normand, vice-président du comité exécutif

Un système de géolocalisation par caméra sera également installé sur tous les camions afin de faire un meilleur suivi des opérations et de pouvoir mieux répondre à chaque plainte. Limplantation de cette nouvelle technologie éprouvée essentiellement en Europe se fera graduellement durant les prochaines années.

Finalement, des critères qualitatifs ont été ajoutés aux appels d'offres pour prendre en compte la disponibilité des équipements et de la main d'oeuvre.

Revenir à la base

Pour l'opposition, la ville doit revenir à la base et se concentrer sur les services essentiels que sont la collecte des ordures, le déneigement, le traitement des eaux usées et la sécurité publique.

Les citoyens veulent des services de base. Moi je veux que mes vidanges soient ramassées, me promener sans me casser la gueule sur les trottoirs, que mes enfants jouent dans des parcs où il n'y a pas d'aiguilles et que c'est propre. Je pense que l'administration Labeaume n'a pas d'intérêt envers ces enjeux-là parce que ce n'est pas glorieux, c'est plate les vidanges. 

Jean Rousseau, conseiller Cap-aux-Diamants