Un changement de mentalité s'opère à l'Aéroport de Québec

Stéphane Poirier, aéroport de Québec

Le nouveau patron de l'Aéroport international Jean-Lesage fait déjà sentir sa présence cinq semaines seulement après son entrée en poste.

Stéphane Poirier, qui a travaillé de 2006 à 2016 pour le développement de l'aéroport de Calgary, a confirmé ce matin l'abolition de deux postes de vice-président ce qui porte le nombre de postes de VP à trois.

Le natif de Cap-Rouge a profité d'une rencontre avec les médias pour tendre la main aux acteurs de la région qui de son avis sont essentiels aux succès de l'aéroport.

Stéphane Poirier veut s'attaquer aux finances de l'aéroport afin éventuellement d'en faire bénéficier les voyageurs.

Il compte notamment sur la construction à court terme d'un hôtel et l'aménagement d'un parc industriel à même les terrains de l'aéroport.

Le gestionnaire a aussi indiqué que des pourparlers sont en cours avec l'administration municipale dans le but de réduire les taxes qui s'élèvent à plus de 5 millions de dollars par année.

Il refuse également de commenter les méthodes de son prédecesseur Gaétan Gagné qui était à couteau tiré avec plusieurs acteurs sociaux-économiques de la région. 17 mises en demeure ont été envoyées au début de l'année aux auteurs du rapport du comité sur l'accessibilité aérienne.

YQB est à un moment critique parce qu'on sort d'une phase de construction intense. Les chicanes ça ne m'intéresse pas. Si on veut se battre avec les grandes villes qui nous prennent du trafic ici, il faut s'unir. On est prêt à travailler avec tout le monde qui va faire des efforts concrets pour nous emmener à la réussite de nos objectifs.

Stéphane Poirier, pdg de l'Aéroport international Jean-Lesage

Pas de baisse de prix garantie

Ceux qui espèrent voir le prix des billets d'avion diminuer devront être patients. Stéphane Poirier ne cache pas que c'est un élément qui fait partie de ses objectifs, mais il souligne que son organisation n'a pas de contrôle direct sur la tarification des transporteurs qui s'arrête à Québec.

Le nouveau patron mise sur la diminution des frais d'exploitations pour encourager les compagnies aériennes à baisser leur prix.

On va mettre les conditions en place pour être capable de faire baisser le prix des billets. Ce que l'on va faire, c'est de diversifier nos sources de revenus. Notre rôle c'est d'aller chercher de la compétition pour être capable de mettre de la pression et de faire diminuer les prix.

Stéphane Poirier, pdg de l'Aéroport international Jean-Lesage

La vision du nouveau pdg se déploie en cinq axes soit continuer à mettre l'accent sur le passager avant tout, augmenter et diversifier les revenus, diminuer les frais d'exploitation, mobiliser les ressources humaines ainsi qu'engager toutes les parties prenantes de la grande région.