Des organismes communautaires dénoncent leur sous-financement

Une cinquantaine de représentants d'organismes communautaires se sont présentés, mercredi après-midi, à la séance du conseil d'administration du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent pour déposer leurs demandes de subventions.

Ils souhaitaient dénoncer leur sous-financement permanent. Il s'agit d'un geste que pose symboliquement la Table régionale des organismes communautaires (TROC) du Bas-Saint-Laurent depuis plusieurs années déjà.

L'an dernier, les 120 organismes communautaires autonomes œuvrant en santé et en services sociaux (OCASS) de la région recevaient 17,5 millions de dollars alors que leurs besoins sont estimés à 34,6 millions.

« C'est une manière de démontrer notre solidarité. On veut montrer que, collectivement, on est ensemble et on ne lâchera pas le morceau tant qu'on n'aura pas plus de financement. »

Émile St-Pierre, coordonnatrice de la Table régionale des organismes communautaires du Bas-Saint-Laurent

Une cinquantaine de représentants d'organismes communautaires se sont présentés, mercredi après-midi, à la séance du conseil d'administration du CISSS du Bas-Saint-Laurent pour déposer symboliquement leurs demandes de subventions.

Gabriel Le Marquand Perreault, journaliste Bell Média

Mauvaises conditions salariales

Selon Émilie St-Pierre, le manque à gagner de 17,1 millions contribue à la détérioration des conditions salariales des 24 000 travailleuses et travailleurs ce qui ne favorise pas la rétention et le recrutement de la main-d'œuvre.

Elle affirme également que le sous-financement chronique des organismes nuit à leur développement ainsi qu'à la réalisation de leur mission.