Important rehaussement de postes pour les infirmières du Bas-Saint-laurent

524 postes d'infirmières, infirmières auxiliaires, inhalothérapeutes et préposés aux bénéficiaires seront rehaussés au CISSS du Bas-Saint-Laurent.

Sur une base volontaire, les professionnelles de la santé à temps partiel pourront pratiquer à temps complet à compter du 29 septembre.

En cette période de rareté de main d’œuvre, le CISSS du Bas-Saint-Laurent dit s’être prêté à l’exercice pour offrir des postes plus stables et plus attrayants à ses employés.

« On espère également être capable de recruter du personnel à l’extérieur avec des postes à temps complet et voir les cohortes d’étudiants augmenter pour arriver, un jour, à enrayer le temps supplémentaire obligatoire. »

Annie Leclerc, directrice des ressources humaines, des communications et des affaires juridiques au CISSS du Bas-Saint-Laurent

Ce rehaussement touche uniquement des postes existants. Plusieurs emplois demeurent toujours à combler, mais Annie Leclerc estime que cette réorganisation des horaires risque d’avoir un effet positif pour diminuer le temps supplémentaire obligatoire. « C’est également une bonne nouvelle pour la population qui verra des gens sur des équipes de travail plus stables », croit-elle.

Une « excellente nouvelle » selon le syndicat

La Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) accueille positivement cette annonce.

L’exercice a été mené conjointement par le syndicat et le CISSS du Bas-Saint-Laurent.

« C’est certain que ça ne rajoute pas de personnel, mais ça va avoir un effet direct sur l’attraction et la rétention des gens puisqu’on vient combattre la précarité d’emploi. »

Cindie Soucy, présidente de la FIQ-Syndicat des professionnelles en soins infirmiers et cardiorespiratoires du Bas-Saint-Laurent