La Chambre de commerce réclame aussi un service d'hémodynamie à Rimouski

La Chambre de commerce et de l'industrie Rimouski-Neigette (CCIRN) joint sa voix à celle des élus de la région et réclame l'implantation d'un service d'hémodynamie à l'hôpital de Rimouski.

Actuellement, ce traitement, qui est le plus répandu pour traiter un infarctus, est indisponible pour les patients du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie.

Les spécialistes expliquent que les personnes atteintes doivent donc être transférées à Québec, ce qui augmente les risques de séquelles.

« Partir de Rimouski pour arriver en salle d’hémodynamie, c’est en moyenne quatre heures. C’est donc du temps supplémentaire de souffrances cardiaques. Dans un monde idéal, il faut intervenir dans un délai de 90 minutes. »

Dre Nathalie Dionne, cardiologue à l’hôpital de Rimouski

Selon le coordonnateur concertation et actions locales de la CCIRN, Jonathan Laterreur, la distance qui sépare l'Est du Québec de la capitale justifie l'implantation du traitement à Rimouski.

Il estime qu'il s'agit d'un « service de base » pour la santé des citoyens qui n'est pas offert de manière équitable dans la province.

« On soupçonne un lourd questionnement. Est-ce que, par exemple, on a évité d’envoyer quelqu’un faire le trajet en se disant que, de toute manière, il ne se rendra pas? Je pense que c’est un dossier grave. Quand on parle de l’attractivité de la main d’œuvre, qui est un de nos chevaux de bataille en ce moment, ce genre de service en fait partie. »

Jonathan Laterreur.