La guerre de mots reprend de plus belle dans le dossier de la Cathédrale

Alors qu'on attend toujours la nomination d'un chargé de projet dans le dossier de la Cathédrale, les tensions sont toujours aussi vives entre l'Archevêché, la Fabrique St-Germain et le Regroupement diocésain pour la sauvegarde de l'édifice.

Après une pause de quelques semaines, la guerre de mots et les procédures  judiciaires  reprennent  de plus belle alors que le président du Regroupement Jacques Landry qualifie d'odieux les récents agissements de Monseigneur Denis Grondin.

Selon monsieur Landry, la menace de l'Archevêque de poursuivre les marguilliers de la Fabrique St-Germain s'ils ne paient pas les réparations urgentes à la Cathédrale est inacceptable.

Il estime qu'il est temps pour Monseigneur Grondin de mettre fin au stratagème visant l’élimination de la Fabrique et la prise de contrôle de la Cathédrale par l’Archevêché. 

Une chose est certaine, pendant que les intervenants directement impliqués dans l'éventuelle réfection de la Cathédrale se menacent mutuellement  de poursuites, l'édifice fermé depuis novembre 2014 continue de se dégrader.