Les élus de La Matapédia s'inquiètent de l'interruption du service en obstétrique

La MRC de La Matapédia demande au Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent de trouver une solution immédiate à la rupture de service en obstétrique à l’hôpital d’Amqui.

Le nouveau chirurgien généraliste en poste n’a pas les qualifications requises pour pratiquer de césariennes, un service pourtant essentiel dans La Matapédia.

Le service d'obstétrique est donc interrompu jusqu'au 17 juin, soit pendant sa période de garde, puis se répétera toutes les deux semaines.

Les femmes qui doivent accoucher durant cette période devront être transférées à l’hôpital régional de Rimouski, situé à près de 105 kilomètres.

« En 1h15, c’est faux qu’on peut se rendre à Rimouski. Une césarienne planifiée et une césarienne d’urgence ce n’est pas la même chose. On ne peut pas planifier un accouchement, la nature est plus forte que les rendez-vous. On ne veut pas trouver de coupable, on veut des solutions. »

Chantale Lavoie, préfet de la MRC de La Matapédia

La préfet de la MRC de La Matapédia Chantale Lavoie et le maire d'Amqui, Pierre D'Amours.

Gabriel Le Marquand Perreault, jounaliste Bell Média

Le directeur des services professionnels du CISSS du Bas-Saint-Laurent, le Dr Jean-Christophe Carvalho, assure que lors du dépôt de sa candidature, le chirurgien avait clairement exprimé son intérêt pour suivre les formations nécessaires à la pratique de césariennes. « Dès qu’on a su qu’un des deux chirurgiens à l’hôpital d’Amqui quittait, on a affiché le poste comme étant ouvert. Il n'y a pas beaucoup de candidats pour pratiquer la chirurgie générale en région, donc à partir du moment où il a manifesté son intérêt, on a procédé aux mesures de recrutement usuelles et standards », explique-t-il.

Ce n’est que peu de temps avant son entrée en poste que le chirurgien aurait changé d’avis.

« Si d’emblée il avait exprimé son refus de faire des césariennes, probablement que le dossier aurait été traité différemment et que le recrutement n’aurait pas eu lieu, parce que, dans La Matapédia, il est nécessaire que le chirurgien généraliste puisse effectuer des césariennes. »

Dr Jean-Christophe Carvalho, directeur des services professionnels du CISSS du Bas-Saint-Laurent

La préfet de la MRC, Chantale Lavoie, s’explique mal le processus d’embauche qui a mené à l’interruption du service. « Le CISSS a la responsabilité de recruter des médecins et d’offrir des services à la population. On veut leur dire qu’ils avaient trouvé une solution qui n’en est pas une, puisque le besoin n’est pas couvert. C’est remis entre leurs mains », estime-t-elle.

Avec la collaboration de Gabriel Le Marquand Perreault, journaliste Bell Média.