Les feux de grève continuent de soulever les passions

Le règlement autorisant les feux de grève le long du fleuve St-Laurent  continue de soulever les passions.

Bien que la ville l'ait mis en veille, plus d'une cinquantaine de propriétaires riverains se sont déplacés à la séance du conseil municipal afin de manifester leurs inquiétudes.

Parmi celles-ci, la sécurité des propriétés avoisinantes, la quiétude des résidents du secteur et la préservation de l'environnement.

Une pétition de 410 noms réclamant le statut quo a été déposée aux élus.

Plusieurs ont défilé au micro pour faire connaître leur point de vue.

Le maire Marc Parent avoue qu'il ne s'attendait pas à une aussi forte réaction des résidents du secteur du Rocher Blanc.

Il  ajoute qu'il n'est pas question d'interdire complètement les feux de grève mais plutôt de les permettre dans des zones désignées.

La ville n'a toutefois pas statué sur quels seraient ces secteurs.