Les producteurs forestiers veulent de nouvelles normes d'arrosage contre la tordeuse

La Vallée de La Matapédia est l'un des secteurs les plus touchés par la tordeuse des bourgeons de l'épinette.

La Vallée de La Matapédia est l'un des secteurs les plus touchés par la tordeuse des bourgeons de l'épinette.

Les ravages faits par l'insecte sont si importants que dans une sapinière de Sainte-Florence, où l'épidemie est sévère depuis 2012, les arbres sont morts en moins de cinq ans.

« On est rendu devant plusieurs arbres où la mortalité est évidente. La tordeuse a fait en sorte que les arbres ont succombé. »

Denis Bernier, ingénieur forestier à la Société d'exploitation des ressources de la Vallée

La Vallée de La Matapédia est l'un des secteurs les plus touchés par la tordeuse des bourgeons de l'épinette.

Gabriel Le Marquand Perreault, journaliste Bell Média

Une pulvérisation tardive

Le programme de pulvérisation d'insecticides biologiques en boisés privés de la Société de protection des forêts contre les insectes et maladies (SOPFIM) s'est mis en branle en 2017 et l'arrosage a débuté l'année suivante.

À ce moment, il était déjà trop tard selon le président du Syndicat des producteurs forestiers du Bas-Saint-Laurent (SPFBSL), Maurice Veilleux.

« On comprend que ça ne peut pas se faire en se virant sur un dix cents. Ils doivent réserver les avions. C’est une planification qui est longue, mais ils auraient pu réagir un peu plus rapidement. »

Maurice Veilleux, président du Syndicat des producteurs forestiers du Bas-Saint-Laurent

La Vallée de La Matapédia est l'un des secteurs les plus touchés par la tordeuse des bourgeons de l'épinette.

Gabriel Le Marquand Perreault, journaliste Bell Média

Des changements au programme réclamés

Les producteurs forestiers demandent une révision du programme. Ils souhaitent, entre autres, faire abaisser à quatre le nombre minimal d'hectares pouvant être arrosés.

Si des modifications sont apportées par la SOPFIM, ces dernières seront en vigueur dès l’an prochain.

Quelques améliorations

M. Veilleux admet tout de même que la progression de la tordeuse a diminuée au courant de la dernière année. Cependant, il reste du travail à faire.

« Il nous reste de la sensibilisation politique à faire. Il y a de l’ouverture. Il faut que la population soit consciente de l’importance de ce dossier, car, sinon, on va se retrouver avec une rupture de stocks dans vingt ou trente ans. »

Maurice Veilleux, président du Syndicat des producteurs forestiers du Bas-Saint-Laurent

Notons que l'arrosage en forêt publique et privée se poursuit jusqu'à la fin du mois de juin. Cette année, moins de 10 000 hectares de forêts privées seront arrosés, comparativement à 12 000 hectares l'an dernier.

La Vallée de La Matapédia est l'un des secteurs les plus touchés par la tordeuse des bourgeons de l'épinette.

Gabriel Le Marquand Perreault, journaliste Bell Média