Une année record pour les producteurs forestiers de la région

Le syndicat des producteurs forestiers du Bas-Saint-Laurent (SPFBSL) a connu, en 2018, sa deuxième meilleure année depuis 1993.

1,2 million de tonnes de matières a été mis en marché par la forêt privée de la région, une augmentation de 9,7 % comparativement à l'année précédente.

Des résultats intéressants, considérant le contexte incertain avec les droits compensateurs américains et la baisse des prix du bois de sciage, selon le directeur général, Charles Edmond Landry.

Il espère une mise en marché de 1,3 millions de tonnes en 2019.

Le SPFBSL avait également atteint son objectif de mécaniser les chantiers forestiers. 90 % des travaux se font désormais de manière mécanique.

Le syndicat veut maintenant développer de nouveaux marchés tel que la biomasse et vise les marchés européens.

« Pour 2019, on a signé des ententes pour 100 000 tonnes de biomasse, c’est dix fois plus que l’an dernier, alors qu’on en avait pour 9 200 tonnes. Il y a des nouveaux marchés. En Europe, par exemple, les centrales au charbon sont en train d’être changées pour du chauffage à la biomasse. »

Charles Edmond Landry, directeur général du SPFBSL

Tordeuse d’épinette

Alors que 50 % du territoire affecté par la tordeuse des bourgeons d’épinette a été arrosé, M. Landry espère faire changer certains éléments de la politique d’arrosage.

Charles Edmond Landry, directeur général SPFBSL.

Charles Edmond Landry, directeur général SPFBSL | Photo Maude Parent, journaliste Bell Média

Actuellement, seules les superficies de plus de dix hectares sont éligibles. Le syndicat demande au ministère que la politique soient revue pour permettre l’arrosage des superficies de quatre hectares et plus.

« La tordeuse est bien présente dans la Matapédia et la Matanie. On veut continuer à faire pression sur le ministère parce que les territoires en dessous de dix hectares peuvent aussi contribuer à la propagation de la tordeuse. »

Charles Edmond Landry, directeur général du SPFBSL

Des initiatives écoresponsables

Le SPFBSL appui la Déclaration d'urgence climatique. Il lance un appel à la solidarité et invite tous ses partenaires et les organismes œuvrant dans le domaine forestier à poser des gestes écoresponsables.

Le vice-président du syndicat, Maurice Veilleux, espère que les emballages en plastique et en styromousse soient abolis du portrait bioalimentaire. Il demande à Québec et Ottawa de mettre en place un décret.

Selon lui, l’industrie forestière a un rôle à jouer dans le développement de matières recyclables.

« On a intérêt à utiliser la fibre qui vient de la région plutôt que le pétrole qui vient d’ailleurs. Le styromousse peut facilement être remplacé par du carton dans le marché bioalimentaire. »

Maurice Veilleux, vice-président du SPFBSL

Vaisselle à usage unique.