Yves-François Blanchet en visite dans l'Est-du-Québec

Le chef du Bloc Québécois ne serait pas surpris de voir de jeunes visages s'illustrer dans le comté de Rimouski-Neigette-Témiscouata-Les-Basques.

Dans le cadre d'une tournée dans l'Est du Québec, Yves-François Blanchet a rencontré des militants ce midi au Central Café de Rimouski.

Pour le moment, le Bloc Québécois ne dispose d'aucun candidat officiel dans la région, mais le chef s'attend à un renouveau au sein du parti et estime que les démarches vont bon train.

« Au niveau des candidatures, on s’en va vers un groupe d’âge fort intéressant. Un changement de garde et de génération. Pour les gens de mon âge, l’indépendance c’était la continuité naturelle de la révolution tranquille. Les jeunes ne l’ont pas connue, donc il est normal que le projet de société qu’on doit leur présenter soit autre chose. »

Yves-François Blanchet, chef du Bloc Québécois

M. Blanchet veut également courtiser un électorat plus jeune et espère offrir un discours plus environnementaliste et qui met l'accent sur les régions. Il croit que les jeunes Québécois sont désintéressés par un Canada pétrolier.

Il considère que les enjeux du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie résident dans la foresterie, la pêche, le chômage et l'économie régionale.

Départ de Catherine Fournier du Parti Québécois

Yves-François Blanchet a réagi au départ de Catherine Fournier du Parti Québécois.

L'élue de Marie-Victorin ne croit plus que le parti soit en mesure de réaliser le projet souverainiste. Elle siègera désormais comme indépendante.

Malgré les difficultés du PQ, le chef du Bloc Québécois estime que son départ n'affectera pas le mouvement souverainiste.

« Je ne crois pas que ça va nous affecter. Le Bloc est la preuve qu’il est possible pour un parti de redéfinir son offre politique. Ce même Bloc, qu’on s’est amusé à déclarer mort, est dangereusement vigoureux, bien vivant et a la ferme intention de rafler la région. Donc tout se peut. »

Yves-François Blanchet, chef du Bloc Québécois

Suite de la tournée

Il discutera avec les représentants du Conseil régional de l'environnement en après-midi avant de compléter sa journée par une assemblée militante à la microbrasserie La Captive à Amqui.

Demain, des rencontres sont prévues avec l'UPA du Bas-St-Laurent, des militants de Matane et avec le préfet de la MRC de la Mitis et président de la régie de l'aéroport de Mont-Joli Bruno Paradis.