Élections le 21 octobre : la campagne est lancée

affiche électorale

La campagne électorale est lancée et les affiches ont poussé pendant la nuit de mercredi à jeudi au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Une course qui durera 41 jours, ce nous mènera au jour du scrutin, le 21 octobre. La campagne électorale sera deux fois plus courte que celle de 2015 qui avait duré 78 jours.

Dans la région, on connaît déjà 14 candidats, l'équipe libérale étant incomplète dans Chicoutimi-LeFjord et Jonquière-Haut-Saguenay et le Nouveau parti démocratique n'a encore aucun candidat dans Lac-Saint-Jean.

Une campagne électorale tourne évidemment autour des chefs. Notre analyste politique, Eric Arseneault, prédit que Justin Trudeau aura à défendre son bilan et que Andrew Scheer devra démontrer qu'il a l'étoffe d'un premier ministre. Maxime Bernier à la tête du Parti populaire aura à prouver qu'il est sérieux et le Bloc québécois ne pourra faire pire que lors des dernières élections, souligne Eric Arseneault. Pendant ce temps, le NPD est en mode survie et le Parti vert pourrait être celui qui causera la surprise.

 

« À surveiller, les Verts. C'est l'occasion ou jamais. L'environnement va être un des enjeux majeurs et on l'a vu ils ont fait des percées sur la scène provinciale et ils ont fait élire un député au fédéral avec Mme May.»

 

 

L'opinion des électeurs

L'environnement est d'ailleurs revenu à plusieurs reprises mercredi matin quand notre journaliste a demandé à des citoyens de Saguenay quels étaient à leur avis les enjeux prioritaires de cette élection.

Certains ont mentionné l'environnement au sens large, tandis que d'autres ont spécifié l'enjeu à travers les grands projets industriels qui pourraient s'installer sur la rivière Saguenay. D'autres ont mentionné la pénurie de main-d'oeuvre et les solutions pour l'amoindrir, comme cette infirmière retraitée qui aimerait bien retourner travailler, mais que financièrement elle ne peut pas puisque sa pension de la Sécurité de vieillesse sera amputée. Plusieurs électeurs se sont également dits désabusés et désintéressés de la politique.