Les difficultés d'enseigner en 2019

Enseigner au Québec n'aura jamais été aussi difficile qu'en 2019. C'est le constat que dressent plusieurs intervenants du monde de l'éducation au lendemain de cette semaine des enseignants. Le contexte se serait particulièrement dégradé en raison des coupures importantes de l'ancien gouvernement libéral. 

Le manque de personnel pour aider les jeunes en difficulté serait la principale source du problème nous dit la présidente du syndicat de l'enseignement de la Jonquière, Nicole Émond :

«C'est tous les jours que l'on reçoit des appels d'enseignants en détresse qui n'ont pas les moyens nécessaires pour faire réussir leurs élèves.»

À la Commission scolaire du Pays-des-Bleuets, le syndicat demandait l'ajout de classes spécialisées et malgré la volonté du ministre, la demande a été refusée. La présidente du syndicat de l'enseignement de Louis Hémon, France Lapierre explique qu'en plus du refus des autorités, parfois c'est le parent qui ne veut pas que son enfant se retrouve dans une classe spécialisée. Elle leur demande d'essayer :

«Les parents vont faire le constat que le service est plus adapté pour leur enfant que dans une classe régulière où l'enseignant n'a pas le temps de s'occuper d'un élève qui est de niveau 2e année alors qu'il enseigne la 4e année. »