Saguenay doit avoir un plan de relève pour la main-d'oeuvre

vérificatrice générale

La Ville de Saguenay n'a pas de plan de relève, même si un peu plus de 300 de ses 1 642 employés seront admissibles à la retraite d'ici 5 ans. La vérificatrice générale, Sylvie Jean, souligne que la situation deviendra problématique, d'autant plus que le quart de ces employés occupent des postes clés.

Elle n'a pas voulu nommer publiquement les départements où le risque est plus élevé, confirmant tout de même que certains directeurs doivent vite faire leurs devoirs avec le service des ressources humaines :

« Il faut qu'il [ le département des ressources humaines ] soit dans un premier temps mandaté par la haute direction pour qu'on lui donne des orientations selon les objectifs de la ville et le service qu'on veut donner aux citoyens. C'est un peu comme ça que le plan de relève va être bâti. » - Sylvlie Jean, vérificatrice générale

La mairesse Josée Néron a tout de même précisé lorsque questionnée sur le sujet que les départements de 150 employés et plus seront davantage touchés par les départs à la retraite en grande quantité. C'est le cas principalement des secteurs qui touchent directement le service aux citoyens. Elle souligne par ailleurs que des actions ont déjà été entreprises et que les recommandations de la vérificatrice générale seront prises en compte.

 

« On a demandé à ce qu'il y ait un système d'évaluation implanté à Ville de Saguenay, ce qui n'existait pas auparavant et que des descriptions de tâches soient aussi créées. » - Josée Néron, mairesse de Saguenay

 

Par ailleurs, Sylvie Jean souligne que les conditions de travail plutôt rigides dans l'administration municipale et les statuts temporaires qui perdurent souvent plus de cinq ans ne facilitent pas le recrutement de la main-d'oeuvre :

«Un employeur qui va offrir une conciliation travail-famille et des horaires flexibles va peut-être attirer plus de personnes qu'une ville où c'est très structuré, très hiérarchisé. Aussi, à la Ville, un employé attend souvent cinq ans avant d'avoir un poste à temps plein. Il risque de se faire offrir quelque chose de plus intéressant ailleurs.»

 

 

Aucun inventaire pour les ponts et ponceaux

La vérificatrice générale a aussi découvert qu'il n'existe aucun inventaire complet des ponts, ponceaux, passerelles, murs de soutènement et murets sur le territoire de la ville. Pour l'instant, ces infrastructures font l'objet d'inspections seulement lorsqu'il y a une plainte. Une certaine confusion règne alors parce quatre services municipaux sont impliqués.

Sylvie Jean émet 20 recommandations à l'administration municipale. Selon elle, un inventaire devrait minimalement contenir le type d'ouvrage, sa localisation ainsi que son année de construction et sa dimension.

La mairesse Josée Néron n'était pas au courant de la situation, mais confirme que Saguenay doit faire un inventaire complet rapidement.

Notons que les barrages à forte contenance respectent tous les exigences de la loi sur la sécurité des barrages établie au Québec en 1998, à la suite du déluge de 1996. Aussi, le MTQ est responsable de 97 ponts et ponceaux à Saguenay, ces derniers sont inspectés à intervalle régulier.

 

Cliquez ici pour lire le rapport complet de la vérificatrice générale.