MONTÉRÉGIE: «La première vague de COVID-19 n'est pas terminée»

La directrice de la santé publique de la Montérégie Julie Loslier et le directeur national Horacio Arruda en conférence de presse

Le directeur national de santé publique, docteur Horacio Arruda et la directrice régionale de la santé publique, docteure Julie Loslier ont fait le point quant à la situation du coronavirus en Montérégie. Selon la directrice, la première vague n'est pas encore «terminée» et il ne faut en aucun cas baisser la garde.

La Montérégie compte 7 873 cas de personnes atteintes de la COVID-19 à ce jour et  579 décès mais il y a plus de personnes rétablies et moins d'hospitalisations.

C'est 1 décès de plus par rapport à hier et 14 personnes infectées de plus dans la région. 

Sur 7 jours, du 24 juin au 1er juillet, on ne recense que 100 nouveaux cas, selon la carte détaillée de la santé publique.

Pourtant, depuis le début de la pandémie, 90% des décès sont survenus dans des résidences pour aînés ou CHSLD, des milieux encore «vulnérables» selon la directrice de santé publique.

Lors de la première vague, on compte notamment un décès dans le milieu médical, celui du docteur Huy-Hao Dao, un spécialiste en médecine communautaire qui travaillait pour la Direction de la santé publique de la Montérégie. 

C'est à la fin mars où le virus a été le plus invasif selon la santé publique, avec un pic important dans l'agglomération de Longueuil.  

Autre constat: l'âge moyen des personnes atteintes est plus jeune depuis les dernières semaines et il semble y avoir un relâchement dans certaines consignes de santé, avec les différentes phases de déconfinement.

Une attention particulière sera aussi portée dans les prochaines semaines dans les milieux de travail et résidences pour aînés, selon la docteure Julie Loslier.

«Nous avons été l'une des régions les plus touchées et la progression a été très rapide. La Montérégie, c'est très vaste avec des milieux à la fois ruraux et très urbains et très denses. Les personnes en hébergement ont été durement touchées avec 90% des décès.  Il y a eu environ 700 cas chez des travailleurs de la Montérégie hors des travailleurs de la santé. Il faut être bien conscient que la première vague n'est pas terminée en Montérégie, le virus circule encore et l'âge moyen des cas est plus jeune. Il y a des gains immenses à faire en Montérégie par rapport au port du couvre-visage»

Docteure Julie Loslier, directrice de santé publique en Montérégie 

Une deuxième vague à préparer?

Au Québec, à ce jour, 55 593 cas confirmés de COVID-19, dont 5 541 personnes décédées, ont été signalés.

Le directeur de la santé publique, le docteur Horacio Arruda n'a pas manqué de rappeler qu'il ne faut pas exclure une seconde vague.

Les experts se pencheront notamment sur la «mutation» du virus.    

«C'est un  virus qui est relativement stable par rapport à d'autres virus qui mutent davantage. Des souches seront collectées au Québec et seront comparées à des souches dans le reste du Canada, aux États-Unis et des souches britanniques.   À chaque fois que l'on aura des augmentations de chiffres, il s'agira de savoir c'est où et cela correspond à quoi. Est-ce dans un CHSLD? Dans un hôpital? Dans un milieu de travail? Il ne faut pas qu'il y ait de relâchement»

Docteur Horacio Arruda, directeur de la santé publique