Bâillon : les enseignants déçus du gouvernement Legault

Des enseignants démontrent leur mécontentement au gouvernement Legault qui utilise le bâillon pour son projet de loi 40.

Le gouvernement Legault utilisera le bâillon pour une quatrième fois depuis son élection, aujourd'hui, pour son projet de loi qui prévoit abolir les commissions scolaires. Une décision décriée par l'opposition ainsi que les syndicats qui comptaient proposer des modifications au projet de loi 40.

Les enseignants auraient aimé être entendus et ils avaient des propositions à faire pour apporter des modifications, indique la présidente du Syndicat de l'enseignement de la Jonquière, Nicole Emond, qui dénonce l'adoption du projet de loi derrière des « portes closes ». Ils prévoient contester la loi devant les tribunaux.

 

« C'est une journée très triste pour nous les enseignants, pour l'éducation et pour la démocratie aussi. On nous enlève tout pouvoir de représentation et on fait fi de toutes les propositions. C'est de nous empêcher de faire entendre notre voix. » 

 

Un boss des bécosses...

Il s'agira de la quatrième utilisation du bâillon du gouvernement de la CAQ qui a utilisé la procédure pour adopter la loi sur la laïcité, la réforme de l'immigration et celle sur les tarifs d'Hydro-Québec. Les parlementaires ont déjà passé 70 heures à étudier le projet de loi 40 et selon le ministre de l'Éducation, Jean-François Roberge, les partis d'opposition multiplient les stratégies pour retarder son adoption.

Jeudi en chambre, la co-porte-parole de Québec Solidiare, Manon Massé, a qualifié le premier ministre François Legault de «boss des bécosses», ce qui lui a valu une réprimande du président de l'Assemblée nationale, François Paradis, qui lui a demandé de retirer ses propos. Boss des bécosses s'ajoute donc à clown, chien de poche et Ti-Coune qui figure notamment dans la longue liste des propos non parlementaires.

 

Qu'est-ce que le bâillon ?

À l'Assemblée nationale, l'utilisation du bâillon permet au gouvernement de limiter la durée des débats pour un projet de loi et de le faire adopter rapidement. On le nomme aussi procédure législative d’exception.
 

 

Infolettre Boom

Abonnez-vous à nos infolettres

Pour ne rien manquer de nos concours et promotions !