BINGO: La police de Saint-Jean-sur-Richelieu met fin à la soirée

Le stationnement du Bingo communautaire HR était de nouveau bondé mercredi soir malgré les critiques.

Les policiers de Saint-Jean-sur-Richelieu ont dû intervenir pour mettre fin à une deuxième soirée de bingo bondée rassemblant 170 personnes hier soir, au Bingo communautaire HR. Le président du conseil d'administration de l'organisme se défend d'avoir mis des gens vulnérables en danger.

 

Les organisateurs ont récidivé malgré le fait que leur soirée bondée, rassemblant 250 personnes vendredi soir dernier, ait été ouvertement critiquée. La mauvaise presse n'a pas découragé les amateurs de bingo. Il y avait toujours 170 joueurs sur les lieux, incluant le personnel, hier soir. La plupart étaient des personnes âgées, ce qui a attisé la colère de la population, qui doit en partie se confiner pour protéger les plus vulnérables.

La police de Saint-Jean-sur-Richelieu est intervenue auprès des organisateurs en soirée pour leur demander de fermer, à la demande du ministère de la Santé. Ces derniers ont coopéré, selon le porte-parole, le sergent Jérémie Levesque. Aucun constat n'a été remis.

« On est allé sensibiliser les organisateurs du bingo à ce qu'ils ferment l'événement. Quand on est arrivé, on a discuté avec eux, le service de police a fait des annonces au micro et on a aidé dans le respect des règles et des normes de distanciation, rangée par rangée, à ce que les gens puissent être remboursés et puissent sortir par un accès, pour qu'il n'y ait pas de croisement de personnes. »

- Jérémie Levesque, sergent porte-parole

Depuis le mois de juillet, le Service de police de Saint-Jean-sur-Richelieu a fait cinq visites de courtoisie pour aller vérifier le respect des règles sanitaires et tout était toujours bien respecté, ajoute le sergent Levesque. Aucune plainte n'aurait été faite contre le Bingo communautaire HR.

Le Bingo communautaire HR a fermé hier soir après que la police soit intervenue.

Facebook. Le Bingo communautaire HR a fermé hier soir après que la police soit intervenue.

« LES GENS VOULAIENT LEUR SOIRÉE »

Le président bénévole du Bingo, Christian Haché, persiste à dire qu'il était dans son droit en zone orange et estime que toutes les consignes étaient respectées depuis la réouverture le 6 juillet. L'organisme parle d'un flou dans le décret gouvernemental 1020-2020 datant du 30 septembre, qui permettrait 250 personnes dans une salle communautaire.

« Les gens voulaient avoir leur soirée et on respectait des règles sanitaires très strictes, qu'est-ce que je peux vous dire de plus? Si vous allez dans les restaurants alentour dans la zone orange, c'était pareil », se défend le président, Christian Haché. « Depuis qu'on est ouvert, les gens ont été vraiment merveilleux, ils ont respecté nos règles. Il fallait leur rappeler de temps en temps de mettre leur masque quand ils se déplaçaient, mais à part de ça, les gens étaient bien. »

La santé publique a vivement condamné ce genre de rassemblement et confirme que la limite permise était de 25 personnes. Le décret mentionne précisément que dans la région sociosanitaire de la Montérégie, dont fait partie Saint-Jean-sur-Richelieu, un maximum de 25 personnes peuvent se trouver dans une salle louée ou une salle communautaire. Les participants ne peuvent être considérés comme un auditoire ou une audience d'une réunion, par exemple.

Le président du Bingo assure qu'aucun cas de contamination n'a été rapporté pour l'instant, ce que confirme la Direction de la santé publique de la Montérégie.

La porte-parole du ministère de la Santé, Marie-Hélène Émond, recommande tout de même aux personnes ayant participé à cet évènement de surveiller leurs symptômes au courant des prochains jours. Il n'y a cependant pas lieu de procéder à un dépistage massif, selon la santé publique régionale.

L'ensemble de la région sociosanitaire de la Montérégie passera officiellement en zone rouge demain, rendant interdites les activités de bingo notamment.

LE SECRÉTARIAT DU BINGO EN COLÈRE

Le Secrétariat du bingo dénonce la méconnaissance du gouvernement envers son industrie. Tous les profits de la salle de jeux de Saint-Jean-sur-Richelieu, comme plusieurs autres, sont remis à des organismes communautaires de la région.

Il accuse le ministère de « détruire un financement vital pour près de 2000 OBNL du Québec » avec sa décision de fermer les salles de bingo commercial en zone rouge. Il accuse également le ministre responsable d'ignorer les recommandations faites par l'industrie depuis plus d'un an, alors qu'elle assure être « plus qu'un loisir dans une salle communautaire ».

Éric Castonguay se défend d'exposer une clientèle souvent plus âgée et vulnérable à la COVID-19 dans ce type de soirée.

« C'est une activité où tout le monde est assis, ne bouge pas pendant trois heures. Toutes les salles de bingo sont désinfectées entre chaque session, ont été inspectées par la santé publique et la CNESST, ont eu des avis de conformité. Malheureusement, il n'y a pas de programme d'aide. On pense que  c'est juste une malcompréhension de l'activité de bingo qui se déroulait à Saint-Jean-sur-Richelieu. [...] Vous savez que le lieu de culte, lui, peut avoir 250 personnes dans une zone orange. Si on peut aller à l'église, où la majorité des gens sont dans la soixantaine, j'imagine qu'ils peuvent aller avec des mesures strictes dans une salle de bingo aussi. »

Éric Castonguay, DG du Secrétariat du Bingo

L'ensemble des 25 salles de bingo commercial au Québec représentent un chiffre d'affaires de plus de 110 M$ et remettent plus de 25 M$ à des OBNL. Plus de 900 personnes y travaillent.

Infolettres Boom 104.1 - 106.5

Contenu en rafale, promotions exclusives, concours et bien plus encore !