Ce sera probablement la fin du masque dès la mi-mai

Le Dr Luc Boileau - Graham Hughes | La Presse canadienne

La journée du 14 mai est encerclée dans le calendrier du Dr Luc Boileau : c’est la date envisagée par le directeur de la santé publique par intérim pour lever l’obligation de porter un masque dans les endroits publics — à condition que la situation épidémiologique continue de s’embellir.

«Il faut demeurer prudent, on persiste à conserver le port obligatoire du masque d’ici le 14 mai. L’orientation finale va être prise en début de semaine prochaine», a soutenu M. Boileau.  «On n’est pas sur une descente rapide, plus sur un plateau qui a tendance à vouloir descendre. Il y a beaucoup de contagion tous les jours. On est très confiant pour le 14, mais les prochains jours nous dirons», a ajouté l'expert.

Luc Boileau a tenu à rappeler que le masque demeurera obligatoire dans les transports en commun, les hôpitaux ainsi que dans les endroits où les personnes sont plus vulnérables comme les CHSLD. 

«Les projections récentes nous montrent une baisse progressive au cours des prochaines semaines [...] la 6e vague est sur le point d'être contrôlée», a expliqué le Dr Boileau. 

À cet effet, le plus récent bilan du Québec fait état de 23 nouveaux décès liés à la COVID-19 et une autre baisse des hospitalisations.

Ainsi, on compte actuellement 2326 hospitalisations, soit une baisse de 46 patients hospitalisés depuis hier. Il y a 85 personnes aux soins intensifs, une baisse de sept lors des 24 dernières heures.

États-Unis versus Québec

Plus tôt aujourd’hui, M. Boileau a mentionné que contrairement aux États-Unis, le Québec n’était pas sorti de la pandémie.

Il réagissait aux propos du Dr Anthony Fauci, conseiller médical en chef du président américain, selon lesquels les États-Unis sont désormais «hors de la phase pandémique».

«Moi, je ne considère pas que nous sommes en dehors de la pandémie actuellement», a déclaré le Dr Boileau.

Bien que la situation sanitaire se soit améliorée, «nous sommes toujours en activité pandémique», a-t-il insisté lors d’un bref passage à l’Assemblée nationale, jeudi matin.

Le Dr Boileau participait à l’étude des crédits budgétaires du ministère de la Santé, où il était questionné par le porte-parole de Québec solidaire en santé, Vincent Marissal.

«Là, je vous parle pour le Québec; aux États-Unis, ils ont d’autres données», a précisé l’expert en santé publique.

Dans ce cas, le gouvernement du Québec fera-t-il des efforts supplémentaires pour augmenter le niveau de vaccination? a demandé M. Marissal. «On dirait qu’on est dans un cul-de-sac; ça n’avance plus», s’est-il plaint.

Pourtant, la vaccination est largement accessible, a répondu le ministre de la Santé, Christian Dubé.

Il estime qu’une certaine «confusion» règne chez ceux ayant déjà contracté le coronavirus, et promet de lancer une nouvelle offensive publicitaire pour mousser la vaccination.

«On va augmenter les publicités et les communications», a affirmé M. Dubé.

(Julien Denis, Noovo Info et Caroline Plante, La Presse canadienne)

Infolettres Boom 104.1 - 106.5

Contenu en rafale, promotions exclusives, concours et bien plus encore !