Coronavirus: des craintes chez les producteurs de porcs de la région

Porc

L'épidémie de coronavirus qui sévit en Chine génère bien des craintes chez les producteurs de porcs de la Montérégie, qui ont vu le prix par tranche de 100$ de viande chuter de façon importante.     

Au 12 février en fin d'après-midi, le décompte était de 1118 décès à l'échelle planétaire dont 44 000 cas en Chine et il était toujours impossible de prédire la fin de l'épidémie

On peut d'ailleurs suivre en temps réel la propagation et les foyers de contamination en suivant cette carte détaillée

Les Éleveurs de porcs du Québec et ceux de la Montérégie ont des craintes très légitimes quand au prix du porc qui chute, le traitement des conteneurs arrivant du Canada et d'ailleurs qui est fortement au ralenti. 

Plus de 26 000 emplois sont liés à la production de porc dont plusieurs milliers en Montérégie.

Selon François Nadeau,  président des Éleveurs de porcs de la Montérégie, le prix pour 100 kilos de viande a diminué en raison du ralentissement de l'économie chinoise mais on ignore quand ce prix se stabilisera.

«Avec le coronavirus en cours, il y a des problèmes de logistique dans les transports de marchandises, plus de personnes sont en confinement et donc c'est difficile pour les exportations de porcs. Il y a deux semaines, le prix fixé était à 185 dollars le 100 kilos de viande de porc et nous sommes à près de 158$ pour cette même quantité. Nous avons pas d'indicateur, pour l'instant, à quand une reprise et un rehaussement des exportations»

-François Nadeau, président des Éleveurs de porcs Montérégie.

Pas de compensations pour l'embargo de l'été dernier avec la Chine

Ce n'est pas la seule tuile à s'abattre sur la tête des éleveurs de la Montérégie.

On se souviendra qu'un embargo sur le porc canadien avait été en vigueur du 25 juin au 5 novembre, la Chine invoquait avoir trouvé de la ractapamémine dans le porc canadien pour instaurer l'arrêt des importations canadiennes.

Cette histoire avait soulevé des doutes quant aux relations commerciales entre les 2 pays.  

Ce sont des millions de dollars perdus en revenus et aucune compensation n'est encore venue du fédéral. 

Le fédéral discuterait de programmes de compensations mais, rien de concret n'est sur la table pour compenser les pertes liées à cette guerre commerciale.

«Il y aura possiblement des programmes à l'innovation, pour l'avenir des producteurs en lien avec le nouvel ALENA mais nous n'avons rien entendu sur les pertes de l'été dernier. Les frontières ont été fermées de juin à novembre pour nous en Chine, ce sont des pertes en millions de dollars, on trouve déplorable que notre gouvernement ne compense pas les pertes qui sont liées à une guerre commerciale»

-François Nadeau, président des Éleveurs de porcs Montérégie.

La Chine représentait, en 2018, un marché de 283 millions de dollars pour les éleveurs de porcs québécois, pour plus de 500 millions au Canada.

 

 

 

 

 

 

Infolettre Boom

Abonnez-vous à nos infolettres

Pour ne rien manquer de nos concours et promotions !