COVID-19: La MRC des Maskoutains au 2e rang quant au nombre de nouveaux cas

Jean-Francois Desaulniers-La directrice de la santé publique et le maire de Saint-Hyacinthe font le point sur la COVID-19

La Direction de la santé publique de la Montérégie  est très préoccupée par la situation dans la MRC des Maskoutains alors que le taux de contamination à la COVID-19 est 2 fois plus élevé qu'ailleurs en Montérégie.

La MRC se situe au deuxième rang des MRC où il y a le plus de nouveaux cas depuis 2 semaines. 

Il faut savoir qu'aujourd'hui, la Montérégie a franchi le cap des 17 000 cas confirmés et la directrice de la santé publique Docteure Julie Loslier a cru bon faire quelques rappels en compagnie du maire de Saint-Hyacinthe Claude Corbeil et de la directrice adjointe du programme de santé physique du CISSS Montérégie Est, Pascale Larocque. 

En ce 11 novembre, ce sont 144 nouveaux cas pour l'ensemble de la Montérégie.

Depuis le 10 octobre, la directrice parle d'une augmentation abrupte à Saint-Hyacinthe qui ne se résorbe pas pour l'instant.

La directrice de la santé publique a rappelé que les Maskoutains doivent redoubler d'efforts s'il souhaite que les statistiques soient abaissées.

Il y a actuellement une trentaine d'éclosions actives à Saint-Hyacinthe et les deux tiers des cas touchent des gens de moins de 50 ans.  Il semble que l'origine des cas soit multifactorielle, que beaucoup d'écolosions soient «sporadiques».

«À chaque fois qu'une personne contourne une consigne de santé publique, c'est l'ensemble des citoyens qui en subissent les conséquences. La vague est beaucoup plus intense qu'elle ne l'était en première vague et c'est préoccupant. À Saint-Hyacinthe, il y a toutes sortes de facteurs qui peuvent expliquer ces éclosions dans la MRC: deux tiers des cas ne sont  pas liés à une éclosion, il y a eu des rassemblements dans des lieux publics qui se sont étendus dans des miliux scolaires.  Il y a aussi une soixantaine de cas dans des milieux de travail.»

Docteur Julie Loslier, directrice de la santé publique de la Montérégie

Le maire Claude Corbeil est loin d'être fier de cette situation et a invité les citoyens à la vigilance, pour aplanir la courbe. Récemment, il a encore vu des parcs bondés sur le territoire.

«Une seule fête ou un seul karaoke peut entraîner des morts. Il faut appliquer rigoureusement les règles dans la zone rouge.  Nous sommes régulièrement interpelés par des citoyens pour des rassemblements privés et de jeunes, c'était le cas en fin de semaine dernière. Nous sommes la 2e MRC où il y a le plus de cas en Montérégie. La Montérégie, c'est très grand!  De détenir ce record ne me fait pas plaisir: ca me préoccupe autant pour les citoyens que pour l'économie. Et c'est en raison de quelques personnes qui ne respectent pas les règles.»

Claude Corbeil, maire de Saint-Hyacinthe

Une attention particulière aux proches aidants

Depuis la fin octobre, la situation est de mieux en mieux dans plusieurs milieux de vie notamment à la Villa Saint-Joseph mais il ne faut pas baisser la garde.

Alors que la présence des proches aidants est permise en CHSLD ou en résidences privées, la directrice adjointe du programme de santé physique au CISSS Montérégie-Est Pascale Larocque a lancé un appel à la vigilance pour que ceux-ci reconnaissent les symptômes et n'aillent pas contaminer les milieux de vie maskoutains.

«Il faut que les proches aidants qui viennent dans nos milieux de vie soient très conscients qu'il y a toujours un risque et qu'il y a des mesures strictes. Le port du masque en tout temps et l'hygiène des mains notamment.  Il y a 7 résidences qui étaient en éclosion dans les dernières semaines: on vous demande de reconnaître les symptômes, de consulter nos outils pour ne pas qu'il y ait d'autres cas. C'est la même consigne pour les travailleurs dans les résidences qui est appliquée pour protéger nos milieux de vie»

 Pascale Larocque, directrice adjointe programme santé physique CISSS Montérégie-Est

D'ailleurs, la clé reste encore le dépistage mais pour les personnes qui ont des symptômes ou qui peuvent avoir été en contact avec des cas de personnes contaminées.

«Les délais entre les tests et les résultats sont très courts. Malgré 150 cas en moyenne chaque jour en Montérégie, ca se passe relativement bien. Nous avons les ressources nécessaires. Il faut rappeler que nous souhaitons dépister les gens qui ont des symptômes ou qui se font demander un dépistage par la santé publique, c'est importante de le rappeler»

Docteure Julie Loslier, directrice de la santé publique de la Montérégie

En terminant, voici tout ce que vous devez savoir en ce 11 novembre quant à la situation de la COVID-19.

 

 

 

Infolettres Boom 104.1 - 106.5

Contenu en rafale, promotions exclusives, concours et bien plus encore !