COVID-19: La population au rendez-vous à l'unité de dépistage mobile de Longueuil

L'unité mobile de dépistage est installée dans des tentes et les gens font la file pour se faire tester.

Un roulement constant d'une trentaine de personnes attendait pour se faire dépister à la COVID-19 aujourd'hui à la nouvelle unité mobile, à Longueuil. Le CISSS de la Montérégie-Centre, la direction de Santé publique de la Montérégie et la Ville de Longueuil l'ont mise en place en l'espace de 48 heures, et tous étaient très satisfaits du résultat.

 

Le dépistage à cette clinique mobile est gratuit et sans rendez-vous. Le personnel accueille la population jusqu'à 16h aujourd'hui au centre communautaire Le Trait d'union, sur la rue Mousseau. Ça s'adresse à toute personne présentant des symptômes, comme de la fièvre, de la toux et des difficultés respiratoires notamment, ou à celles ayant été en contact avec un cas.

À leur arrivée, les citoyens font la file pour s'inscrire, puis attendent en ligne à nouveau pour le test, dans le respect des mesures de distanciation. Tous les gens présents ou presque étaient masqués.

Trois hygiénistes dentaires, équipées en conséquence pour leur protection, assurent les prélèvements. Le tout se fait à des stations de dépistage installées sous des tentes temporaires. Le processus est supervisé par du personnel infirmier et les stations sont désinfectées entre chaque patient.

Tout le personnel porte de l'équipement de protection et les gens qui attendent portent un masque.

Audrey Folliot, Bell Média. Tout le personnel porte de l'équipement de protection et les gens qui attendent portent un masque.

La directrice de Santé publique de la Montérégie, Dre Julie Loslier, était agréablement surprise du nombre de personnes présentes. Elle a d'ailleurs indiqué que la situation épidémiologique évolue de jour en jour et que l'unité pourrait se déplacer dans d'autres villes de la Montérégie-Centre, selon les besoins.

« La cible pour le dépistage communautaire en Montérégie, c'est 1 392 pour être exacte. On ne l'atteint pas tout à fait, et c'est pour ça justement qu'on déploie des moyens alternatifs comme le dépistage mobile. À voir les gens qui le fréquentent, je pense que ça va déjà donner un bon coup de pouce. [...] On surveille les éclosions, les agrégats, soit les cas qui sont géographiquement rapprochés. L'unité pourrait être appelée à se déplacer dans un milieu de travail s'il y a une éclosion, s'il y a des besoins à Saint-Jean, ce sera tout à fait possible qu'elle se déplace. »

- Dre Julie Loslier

Le dépistage en tant que tel prend en tout et partout environ 4 minutes, et le résultat est normalement connu dans les 24 à 48 heures. L'unité mobile a la capacité de tester environ 250 personnes aujourd'hui.

Elle sera de nouveau déployée au même endroit demain avec un préleveur de plus, puis dans le secteur LeMoyne de Longueuil lundi et mardi prochains. Les autres CISSS du territoire travaillent également en vue du déploiement de ce genre d'unité mobile.

Une alternative de plus

Québec souhaite toujours tester 14 000 personnes par jour, mais n'y arrive actuellement pas, pour diverses raisons. Le ministre délégué à la Santé, le Dr Lionel Carmant, espère que cette nouvelle alternative permettra d'atteindre la cible. Il exclut toutefois l'idée de dépister tous les gens asymptomatiques.

« Nous, notre but, évidemment c'est d'augmenter la capacité de tester. Plus on teste, plus on va être capable de dépister, plus on va être capable de contrôler. La Montérégie et surtout Longueuil sont vraiment des zones actives. Ce qu'il faut vraiment, c'est dépister ceux qui sont les plus à risque pour pouvoir contrôler le plus possible la dispersion de la COVID. »

- Dr Lionel Carmant, ministre délégué à la Santé

L'Agglomération de Longueuil représente près de la moitié des cas totaux de coronavirus en Montérégie.

La mairesse de Longueuil, Sylvie Parent, se réjouit de cette nouvelle alternative mise sur pied en quelques jours seulement. Elle demeure toutefois consciente que les moments difficiles ne sont pas terminés.

« On est contents parce que les gens viennent et on va voir la résultante de tout cela, mais c'est une étape. C'est sûr que l'inquiétude, on va l'avoir pour plusieurs mois encore, mais ce qu'il faut faire, ce sont de petits gestes à la fois, comme le port du masque, c'est un autre geste que là, les gens commencent à apprivoiser. »

- Sylvie Parent

Divers moyens de communication ont été mis en place pour annoncer l'unité mobile, dont des pancartes, des messages audio par mégaphones dans les rues et des appels automatisés.

Audrey Folliot, Bell Média. Divers moyens de communication ont été mis en place pour annoncer l'unité mobile, dont des pancartes, des messages audio par mégaphones dans les rues et des appels automatisés.

Dans l'ensemble de la région, la capacité quotidienne est de 2 100 tests, incluant ceux pour le personnel de la santé. Entre le 12 et le 18 mai, le maximum de tests effectués était de 1 906. Les données pour les 19 mai sont incomplètes pour le moment, alors qu'il faut 48h pour tout compiler, mais on atteignait déjà presque le 2 000 ce matin, signe que la population répond à l'appel.

Infolettres Boom 104.1 - 106.5

Contenu en rafale, promotions exclusives, concours et bien plus encore !