Crise du logement en Montérégie: une caravane en région en février

logements-compressed

Le FRAPRU craint que la crise du logement abordable ne s'accentue en 2020 ne s'accentue en 2020 si les gouvernement fédéral et provincial n'investissent pas rapidement dans le logement social et la création de HLM.  

Les taux d'inoccupation dans plusieurs villes de la Montérégie préoccupent, dans certains cas il avoisinnent le 1,9%. 

À Saint-Hyacinthe, il se situait à près de 1,4% en fin d'année 2019. 

Selon les données du FRAPRU, la demande est très forte pour les logements «familiaux» de plus de 4 pièces et demi.   

40 000 ménages du Québec sont en attente d'un HLM dont quelques milliers en Montérégie.

L'an passé, l'organisme allègue que le gouvernement provincial n'a livré que 835 des 3000 logements sociaux prévus. 

Dès le 5 février, une caravane se déplacera dans plusieurs villes de la Montérégie, dans les circonscriptions de François Legault et ensuite vers Québec pour une grande manifestation nationale, le 7 février.  

Selon Véronique Laflamme, dans son budget de mars 2020, M. Legault doit prévoir les investissements requis à Accès Logis pour réaliser les milliers de logements sociaux annoncés depuis 10 ans. 

Selon elle, il y a longtemps que le gouvernement ne s'est pas retrouvé avec des surplus budgétaires aussi enviables.

«Dans un contexte de surplus budgétaires, le gouvernement provincial veut assumer ses compétences face à Ottawa mais il doit débloquer les sommes nécessaires à la construction de logements. Nous serons à Saint-Constant, Granby, Longueuil, La Prairie et quelques autres endroits pour le rappeler au gouvernement. Des décisions peuvent êtres prises dès mars 2020 par le provincial»

-Véronique Laflamme, porte-parole FRAPRU

Par ailleurs, le fédéral a aussi un rôle à jouer pour améliorer la qualité du parc locatif.

Le 10 décembre,des organismes l'ont fait valoir au gouvernement de Justin Trudeau mais les investissements à venir tardent à se concrétiser.

Le FRAPRU estime qu'il faudrait au moins 2 milliards de dollars par année pour réaliser de nouveaux logements à la grandeur du Canada.

L'organisme se dit appuyé par le Bloc Québécois et le NPD dans ses revendications. 

 «Sur la Rive-Sud, les taux d'inoccupation pour les logements familiaux s'approchent de ceux à Montréal.  La situation en Montérégie inquiète. Le Bloc Québécois revendique même trois milliards pour le logement social mais il faut aussi rénover les logements construits avant 1994 et ce sont d'autres sommes supplémentaires pour bien répondre à la demande»

-Véronique Laflamme, porte-parole FRAPRU

Infolettre Boom

Abonnez-vous à nos infolettres