De plus en plus de femmes en traitement à la Maison La Passerelle

alcool

La Maison La Passerelle de Saint-Simon doit composer avec divers défis et une demande de plus en plus grande avec des femmes vivant diverses dépendances.    

Il s'agit de la seule maison de thérapie pour femmes au Québec qui offre des traitements à diverses dépendances sur le long terme, sur au moins de 6 mois.

En 2006, l'organisme a vu le jour et s'est établi dans l'ancien presbytère de Saint-Simon.

La petite équipe de 9 intervenants qui y travaille est dédiée à la tâche et elle peut compter sur le soutien de certaines fondations ou organismes, c'est le cas de la Fondation Robert-Piché qui soutient les organismes ou maisons de ce genre. 

Les services sont offerts de jour, de soir et de nuit et au moins de 3 à 4 appels sont logés pour de l'hébergement et des traitements.

Selon Amélie Lemieux, directrice générale de la Maison, la clientèle est variée. et le problème des dépendances se complexifie. 

«Ca fait rêver de penser à des locaux plus grands et chaque année nous cherchons des donateurs pour améliorer notre offre d'hébergement. Nous traitons l'alcool, la drogue, le jeu avec Aide drogue et référence. Il y a beaucoup de dépendance affective à travers cela et c'est notre rôle d'écouter et de comprendre les nouvelles dépendances. Nous recevons envrion 113 femmes annuellement, il arrive fréquemment que nos 24 lits dans les 9 chambres soient occupés.»

-Amélie Lemieux, directrice générale Maison La Passerelle 

D'ailleurs, dans les derniers mois, la Maison a pu compter sur le support de la députée Chantal Soucy qui a remis un don  de 5000$ pour décorer et réaménager les chambres. 

Celle qui est criminologue de formation ne cache pas que l'ajout de ressources et employés ne ferait pas de mal, puisque beaucoup d'organismes vivent des problématiques de rétention de main d'oeuvre.  

Comme quoi le bouche à oreille fait son oeuvre, de plus en plus de donateurs se manifestent et les services sont de plus en plus connus.  

La clientèle provient généralement du milieu carcéral ou se présente sur une base volontaire.  

La Maison veut aussi, par son programme, améliorer les compétences sociales des personnes reçues pour qu'il y ait une réduction du risque de récidive. 

«Avec les effectifs que nous avons, nous arrivons quand même à remplir notre mission. Les gens et organismes nous reconnaissent, on peut d'ailleurs contribuer à la Maison La Passerelle en contactant au 450-798-2080. Chaque année nous faisons des efforts pour améliorer les services et l'hébergement»

-Amélie Lemieux, directrice générale Maison La Passerelle 

 

Infolettre Boom

Abonnez-vous à nos infolettres

Pour ne rien manquer de nos concours et promotions !