Des maires dénoncent l'iniquité des règles de développement urbain

logements photo istock

Quatre maires des couronnes nord et sud de Montréal dénoncent l'iniquité des règles de développement urbain entre les villes métropolitaines et celles qui l'entourent. La mairesse de Repentigny, Chantal Deschamps, ainsi que les maires de Varennes, Martin Damphousse, de Terrebonne, Marc-André Plante, et de Mascouche, Guillaume Tremblay, ont signé une lettre ouverte sur le sujet dans La Presse, ce matin.

 

Les banlieues en périphérie de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), comme Saint-Jean-sur-Richelieu et Saint-Hyacinthe, se peuplent de plus en plus ces dernières années. L'explication est simple: plus on s'éloigne du centre urbain, plus le prix des maisons diminue. Toutefois, cela amène certains problèmes, notamment de la congestion routière.

100 000 résidents des banlieues éloignées travaillent à Montréal, 94 % d'entre eux voyagent en voiture, selon une récente étude de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), dévoilée lundi. Plus de 40% proviennent des secteurs de Saint-Jean-sur-Richelieu, de Valleyfield et de la Couronne Nord.

Malgré les bouchons de circulation monstre que cela engendre, Québec permet encore à certaines municipalités aux abords de la CMM de dézoner des terres agricoles pour construire des maisons individuelles, ce qui favorise l'étalement urbain.

Le maire de Varennes, Martin Damphousse, fait partie des quatre maires ayant signé une lettre ouverte sur le sujet dans La Presse, ce matin.

« Ça amène énormément davantage de voitures, des gens qui viennent travailler à l'intérieur de la CMM, donc ça amène énormément de congestion routière, de GES, et ces villes-là en dehors de la CMM ne contribuent pas non plus au transport en commun. »

- Martin Damphousse

iStock Photos / Kichigin. Congestion routière.

Deux poids, deux mesures

Les villes de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) doivent respecter le Plan métropolitain d'aménagement et de développement (PMAD), adopté en 2012. Ce Plan prône la densification plutôt que l'étalement et le développement du transport collectif, mais ces règles ne s'appliquent pas aux villes de la troisième couronne de Montréal.

Après deux refus, la Commission de la protection du territoire du Québec a finalement accepté de dézoner pour agrandir le périmètre urbain dans la MRC de Montcalm, sur la couronne nord.

Les maires signataires de la lettre ouverte ne comprennent pas cette décision et trouvent qu'il y a deux poids, deux mesures.

Parmi les solutions à ces problématiques, le maire de Varennes et ses collègues demandent à ce que les mêmes règles de densification s'appliquent aux banlieues périphériques. Il espère aussi qu'ils puissent contribuer financièrement à leur façon au transport en commun des villes de la communauté métropolitaine, alors qu'ils l'utilisent au quotidien.

Infolettres Boom 104.1 - 106.5

Contenu en rafale, promotions exclusives, concours et bien plus encore !