Des moyens de pression à prévoir en milieu familial le 31 janvier

cpe

Exaspérées de la lenteur des négociations avec le gouvernement, des éducatrices et responsables de services de garde en milieu familial prennent les grands moyens en Montérégie et au Québec pour se faire entendre.

Dès le 31 janvier, 10 000 responsables de services éducatifs en milieu familial enclenchent divers moyens de pression, dont plus de 1200 en Montérégie.

Le syndicat FIPEQ CSQ annonçait qu'après une vaste tournée auprès des membres qui s'est faite en plusieurs endroits en Montérégie, la recommandation de grève est appuyée à 96,3% 

La Fédération demande au moins une rémunération équivalente à 16,75$ alors que certaines intervenantes du réseau ne sont qu'à 12,42$ l'heure.

Il faut savoir que dans la région, on estime que 6000 enfants se retrouvent dans le réseau de garderies en milieu familial.   

Le 31 janvier, les services de garde en milieu familial ouvriront 15 minutes plus tard le vendredi, 30 minutes plus tard le vendredi suivant et ainsi de suite, jusqu'à concurrence de 8 semaines.

Les éducatrices veulent aussi des ressources plus importantes pour faire le portrait des enfants mais aussi de pouvoir accueillir plus d'un enfant ayant des besoins particuliers.

La présidente de la CSQ Sonia Éthier indique que les offres salariales du gouvernement sont tout simplement insatisfaisantes.

«  Ce que le gouvernement a offert est carrément irrespectueux. C'est six sous d'augmentation et c'est en-deça du salaire minimum. Nous avons déjà voté aussi une demi-journée de grève et une journée complète de gouvernement.  Pour la première année, ca veut dire de passer de 12,42$ à 12,48$, c'est minime.

-Sonia Éthier, présidente de la CSQ

On estime qu'avec ce nouvel ajustement proposé par la CSQ, une responsable gagnerait le même salaire qu'une éducatrice non-formée, qui se trouve au premier échelon dans un CPE.

La CSQ insiste toutefois pour dire qu'il s'agit d'un «minimum».

 

 

Infolettre Boom

Abonnez-vous à nos infolettres