Des patients de la Montérégie envoyés aux soins intensifs en Estrie

Hopital ISTOCK SUDOK1

Des patients atteints de COVID-19 et nécessitant d'être hospitalisés aux soins intensifs en Montérégie doivent être transférés dans d'autres régions par manque de lits. Cette pratique serait généralisée dans le Grand Montréal, alors que les nouveaux cas se multiplient dans les derniers jours.

 

Des malades des hôpitaux du Suroit de Valleyfield et Anna-Laberge de Châteauguay sont maintenant envoyés à Sherbrooke. Depuis le début de la pandémie, ils étaient envoyés aux hôpitaux Pierre-Boucher de Longueuil ou Charles-Le Moyne, à Greenfield Park, mais il n'y a plus de place.

Le CISSS de la Montérégie-Ouest n'a pas la capacité actuellement de réserver des lits de soins intensifs pour les patients COVID.

« Le ministère a une équipe de coordination de lits de soins intensifs du Québec, ce sont eux qui gèrent les transferts interétablissements. Nous, on communique avec eux lorsqu'on a besoin de faire hospitaliser quelqu'un aux soins intensifs et c'est eux qui dirigent les patients. [...] En Montérégie-Ouest, on a 30 lits COVID présentement à l'hôpital Anna-Laberge. On est en train de regarder si on peut augmenter la capacité soit à Anna-Laberge ou au Suroît, ainsi que peut-être ouvrir des lits de soins intensifs prochainement. »

- Jade St-Jean, porte-parole du CISSS de la Montérégie-Ouest

D'ailleurs, les visites sont toujours suspendues à Valleyfield et Châteauguay depuis samedi en raison du taux d'occupation élevé et de l'apparition d'éclosions de COVID-19 sur certaines unités de soins, touchant le personnel et les usagers. Les visites sont donc limitées à des raisons humanitaires.

D'autres patients de l'hôpital Pierre-Boucher de Longueuil sont soignés aux soins intensifs à l'hôpital Honoré-Mercier, à Saint-Hyacinthe, après être passés par Charles-Le Moyne. 

« À l'heure actuelle, nos lits de surcapacité nous permettent généralement de répondre à la demande. Cependant, il peut arriver que le Centre d'optimisation d'occupation des lits de soins intensifs (COOLSI), en fonction du taux d'occupation, transfère un usager de notre établissement vers un autre centre hospitalier ou qu'un usager d'un autre établissement soit transféré dans nos installations. »

Hugo Bourgoin, porte-parole du CISSS Montérégie-Est

L'unité de médecine cardiorespiratoire au 7e étage reçoit de ces patients. Trois lits en soins intensifs ont été dégagés pour eux.

« Ça crée une pression. On n'a pas plus de personnel [pour s'occuper de ces patients]. Les nouvelles opérations, tout ce qui était électif a été annulé. Tout ce qui était urgent était transféré à Saint-Hyacinthe. »

- Brigitte Pétrie, présidente de la FIQ Montérégie-Est

Le taux d'occupation moyen aux urgences était de 119 % en fin d'avant-midi.

APPEL AU DÉPISTAGE PLUS RAPIDE

La COVID-19 circule de façon importante en Montérégie depuis quelques semaines. La Santé publique régionale encourage la population à redoubler d'efforts pour casser la deuxième vague.

224 nouvelles infections se sont ajoutées au bilan aujourd'hui. On en dénombre 2 753 pour la période du 3 au 9 janvier. Au total, 32 650 ont contracté le virus depuis mars. 1 149 personnes ont succombé à la COVID-19 en Montérégie depuis mars.

En fin de journée vendredi, la directrice de Santé publique de la Montérégie, Dre Julie Loslier, a appelé la population à ne pas attendre avant de se faire tester.

« La moyenne est de presque trois jours entre le début d'un symptôme et le fait de recevoir le test, c'est beaucoup trop. Avec la circulation actuelle du virus, dès qu'on a de la fièvre, des maux de tête, des douleurs musculaires, de la fatigue, de la toux, le nez qui coule, le mal de gorge, il y a quand même de bonnes chances que ce soit la COVID parce que la grippe ne circule pas. »

- Dre Julie Loslier

Dre Loslier invite aussi les gens qui obtiennent un résultat positif à être proactifs et à contacter rapidement les gens avec qui ils auraient été en contact, afin qu'ils aillent à leur tour se faire tester et s'isolent au plus vite.

POUR TOUTES LES NOUVELLES CONCERNANT LA COVID-19 EN CE LUNDI 11 JANVIER, SUIVEZ CE LIEN!

BON RESPECT DU COUVRE-FEU

Les résidents de la Montérégie respectent majoritairement le couvre-feu depuis sa mise en place, samedi, comme c'est le cas dans l'ensemble de la province. Il y a toutefois certains cas particuliers, avec un récidiviste en seulement deux jours à Montréal.

À Saint-Jean-sur-Richelieu, les policiers ont remis 23 constats d'infraction aux gens qui défiaient le couvre-feu samedi et dimanche. Des effectifs additionnels avaient été attitrés à vérifier tous les déplacements sur la voie publique. 485 interceptions ont été faites et 20 avertisssements ont aussi été formulés.  

À Longueuil, les policiers ont remis 22 constats d'infraction ces deux dernières nuits, pour des sorties non autorisées entre 20h et 5h du matin. C'est peu comparativement aux 259 vérifications faites.

La Régie  intermunicipale de police Richelieu-Saint-Laurent a interpellé presque autant de gens sur son territoire, soit 255 personnes. Toutes avaient de bonnes raisons d'être hors de leur domicile et aucun constat n'a été distribué.

Quant aux policiers de la Régie intermunicipale de police Roussillon, ils ont interpellé 123 personnes pour le couvre-feu samedi et dimanche, mais aucun constat n'a été émis pour les mêmes raisons.

De son côté, la police de Châteauguay a intercepté 284 véhicules et 306 citoyens. 12 constats ont été remis.

Les experts pensent que cette mesure, si elle est respectée, permettra de casser la deuxième vague en dissuadant les rassemblements.

 

- Avec la collaboration de Jean-François Desaulniers, journaliste Bell Média Montérégie.

Infolettres Boom 104.1 - 106.5

Contenu en rafale, promotions exclusives, concours et bien plus encore !