Des préposés au 911 à bout de souffle à Longueuil

911  phone

La cinquantaine d'employés syndiqués de la centrale d'urgence 911 de Longueuil se dit à bout de souffle en raison des conditions de travail difficiles.

 

Les employés affiliés au SCFP accusent leur employeur, le Service de police de l'agglomération de Longueuil (SPAL), de ne rien faire pour améliorer la situation qui perdure depuis 8 ans.

Ils martèlent dans un communiqué diffusé aujourd'hui qu'ils sont surchargés en raison de la pénurie de personnel et du faible taux de rétention, qui amène aussi de la détresse psychologique et de l'absentéisme.

La capitaine à la section des communications au SPAL, Claudine Després, reconnait les défis du métier de répartiteur et souhaite la rétention des employés. Le recrutement est toutefois difficile, selon elle.

« C'est un métier qui est important, c'est le premier maillon du système d'urgence, le lien avec les policiers sur la route et les citoyens et nos pompiers. Il y a du stress, c'est du 24 heures par jour et ce n'est pas toujours facile de trouver des candidats. Nous avons revu complètement le processus de dotation pour faire en sorte d'accélérer le recrutement de ces nouvelles ressources.  La formation de ces nouvelles ressources a aussi été revue. »

- Claudine Després, capitaine à la section des communications du SPAL

Les employés déplorent également les équipements désuets et trouvent que la formation est inadéquate. Il nous a été impossible de joindre le conseiller syndical au moment de publier.

Infolettres Boom 104.1 - 106.5

Contenu en rafale, promotions exclusives, concours et bien plus encore !