Fin de l'embargo sur le porc: des compensations en Montérégie?

Porc

Les Éleveurs de porcs du Québec et de la Montérégie  sont soulagés de voir la fin prochaine de l'embargo sur les exportations de porc vers la Chine: par contre, il demande à ce que le fédéral mette en place un régime permettant de compenser les pertes encourues depuis juin.    

Le président national des Éleveurs de porc David Duval explique que des compensatations sont déjà versées aux producteurs américains et que le Canada est tributaire de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, qui sévit toujours. 

 «Notre prix est basé sur des indices américains ce qui fait que nos éleveurs ressentiront peu les effets de cette bonne nouvelle dans le prix qui leur est versé». 

-David Duval président des Éleveurs de porcs du Québec 

On estime que les éleveurs ont perdu près de 120 millions de dollars en raison de tensions commerciales entre la Chine et le Canada. 
 
En Montérégie, on estime que les effets dévastateurs de la peste porcine africaine stimuleront les besoins chinois pour la viande de porc canadienne.   
 
Le président des Éleveurs de porc de la Montérégie Francois Nadeau demande la création d'un programme de compensations tenant compte des pertes réelles des derniers mois. 
 
«En Montérégie, nous produisons 37% de la production procine du Québec, il faut donc faire le calcul des compesnations en fonction de notre secteur en région.  Pour les producteurs, c'est une très bonne nouvelle. Plus longtemps nous avons été absents des marchés, plus longtemps d'autres pays en profitaient.  Nous demandons la création d'un comité pour estimer les pertes et nous demandons un appui financier stratégique qui couvrent les pertes»
-Francois Nadeau, président Éleveurs de porcs de la Montérégie
François Nadeau insiste aussi sur le fait que le Canada et la Montérégie devra maintenir ses hauts standards de production: en période de «probation», le processus de certification et d'inspection sera scruté à la loupe. 
Infolettre Boom

Abonnez-vous à nos infolettres