Fin de la tutelle à Chambly dès le 29 novembre 2019

Chambly

La Ville de Chambly retrouvera son autonomie décisionnelle à compter du 29 novembre, annonce la Commission municipale du Québec. Par contre, les employés déjà en place doivent poursuivre leur collaboration quant aux enquêtes en cours, que l'on parle de l'UPAC ou en éthique et déontologie. 

En ce sens,  le Commission municipale du Québec  tient ce soir une rencontre avec les citoyens pour leur présenter le bilan de cette mise en tutelle, à 18h30 au Centre des aînés de l'avenue Bourgogne.  

On pourra en suivre le déroulement sur la chaîne Youtube de la Ville

On se souviendra que la décision de mettre la Ville en tutelle avait fait bien des vagues à l'hôtel de ville, le 27 février, sous le règne de l'ancienne administration du maire Denis Lavoie.  

Depuis ce temps, une nouvelle mairesse en Alexandra Labbé et un nouveau conseil ont été élus. 

Dans une missive adressée au conseil, il est écrit: «la Commission constate une amélioration significative de la situation à Chambly et juge que le conseil est prêt à retrouver son autonomie décisionnelle, notamment sur les aspects relevant des responsabilités financières, budgétaires et administratives».  

L'UPAC a aussi déjà annoncé certaines mesures, dans les derniers mois à Chambly

La porte-parole de la Commission, Isabelle Rivoal explique.  

«Il y a une amélioration significative en matière de gouvernance. Il y a des enquêtes à l'UPAC, à la Commission municipale en éthique et déontologie, c'est pourquoi nous avons décidé de maintenir des pouvoirs en matière de ressources humaines.  C'est pour rassurer les employés en place et s'assurer que les enquêtes en cours se passent le mieux possible pour la suite des choses» 

-Isabelle Rivoal, porte-parole de la Commission municipale 

Une période d'accompagnement transitoire

La Commission se garde aussi une période d'accompagnement transitoire «qui durera le temps qu'il faudra» avec les élus et la direction de la Ville. D'ailleurs, Un rapport de tutelle, avec recommandations, sera également transmis à la Ville d’ici au 31 janvier 2020.

«De nouvelles pratiques de gestion ont été mises en place, le climat de travail est incontestablement plus sain et la collaboration entre élus et fonctionnaires plus respectueuse. Néanmoins, les enquêtes en cours et l’instabilité au sein de la Direction générale génèrent encore de l’inquiétude chez les employés. L’accompagnement sur cet aspect nous semble donc encore nécessaire. »  


- Denis Michaud, vice-président et juge administratif à la Commission municipale du Québec

Infolettre Boom

Abonnez-vous à nos infolettres