Fini les horodateurs et le stationnement payant à Chambly

HorodateursVicto

La décision de mettre fin à la tarification des stationnements à Chambly a fait des vagues au dernier conseil municipal mais a finalement été adoptée. 

En conseil municipal, la mairesse Alexandra Labbé et l'équipe de 5 conseillers de Démocratie Chambly ont adopté ce réglement mais des conseillers indépendants s'y opposaient.  

La nouvelle réglementation est donc en vigueur depuis le 6 novembre. 

Il faut savoir que depuis juin, une résolution permettant aux résidents de villes avoisinantes d'obtenir la gratuité a été adoptée, ce qui ôtait la possibilité au conseil de moduler les tarifs pour les résidents. 

De plus, la mairesse expliquait en conseil que les recettes générées par les horodateurs sont d'environ 100 000$ annuellement.  

Pour être logique et conséquente, la Ville aurait aussi dû installer des horodateurs au nouveau Pôle culturel de Chambly, un investissement chiffré à près de 42 000$.  

La Ville pourrait toutefois moduler la durée maximale aux voitures stationnées. 

La décision de l'équipe d'Alexandra Labbé repose aussi sur un sondage de la Chambre de commerce et d'industrie du Bassin de Chambly: plus de la moitié des commerçants du Vieux-Chambly ont des inquiétudes en lien avec leur installation en 2016.   

En opposition, les conseillers Luc Richard et Serge Gélinas ont demandé de leur côté à ce que ce point  soit reporté à la prochaine séance mais le conseil s'est finalement rallié derrière la proposition. 

La mairesse a expliqué sa décision, lors d'un échange avec ces conseillers. 

«La journée où nous avons perdu la possibilité de moduler les tarifs et de moduler les amendes, c'est cette journée où le conseil avait alors offert la gratuité à tout le voisinnage. Vous avez pris la décision hâtive de donner la gratuité à tous autour du Bassin de Chambly sans documentation. Vous nous avez mis dans une position où nous ne pouvons plus investir d'argent dans le Pôle».

-Alexandra Labbé, mairesse de Chambly 

 

 

Infolettre Boom

Abonnez-vous à nos infolettres