Groupe Sélection veillera à relocaliser adéquatement les locataires

Volumétrie 1

L'entreprise Groupe Sélection, l'Office municipal d'habitation et la Ville de Saint-Hyacinthe veilleront à relocaliser adéquatement les locataires de l'avenue Saint-François en prévision du projet d'habitation Fridom au centre-ville. 

Des représentants de l'entreprise, de la Ville et de l'OMH rencontrent actuellement une vingtaine de ménages pour préparer leur relocalisation.   

Pour le promoteur,  il «s'agit d'une priorité et il faut écouter ce que la population dit».

Il s'agit d'un imposant complexe d'environ 35 millions de dollars qui, selon la Ville et le promoteur, permettra de redynamiser le centre-ville et d'accueillir des aînés actifs qui seront près des services.

Hier, une centaine de personnes ont manifesté au centre-ville et se sont invités au conseil pour qu'un compromis acceptable soit trouvé, outre l'éviction ou la relocalisation dans des HLM.  

Ils clament que le taux d'inoccupation à Saint-Hyacinthe est particulièrement bas, à 1,4%

L'entreprise a débuté les rencontres il y a un mois et l'on souhaite que ce processus soit complété d'ici quelques semaines.

L'horizon pour le début du projet est le printemps 2019.

Selon la vice-présidente aux affaires publiques Mylène Duperé, le processus se fera dans le respect des besoins des locataires, de leur situation personnelle et mobilité.

«Chaque personne a des besoins particuliers et nous les évaluons avec eux. Plusieurs résidents sont plus âgés et  c'est notre expertise.  Nous voulons que ces gens-là soient bien et dans une meilleure situation qu'actuellement.  Il y aura aussi un nouveau bâtiment de la Ville tout neuf qui sera construit avec des logements à prix modique, ca pourrait être une option. Plusieurs solutions sont évaluées: nous sommes vers la fin du processus »

La Ville collabore à la relocalisation  

De leur côté, les élus de Saint-Hyacinthe assurent que le projet du Groupe Sélection n'ira pas de l'avant si les locataires évincés ne sont pas relocalisés adéquatement.

La directrice des communications de la Ville, Brigitte Massé, indique que « le maire Claude Corbeil est conscient que ce ne sont pas tous les citoyens qui sont d'accord avec les orientations de la Ville pour dynamiser le centre-ville».

Brigitte Massé indique que pour densifier le centre-ville, il faut donc construire là où il y a déjà des bâtiments et tous les services de proximité.

Elle ajoute que les «récentes relocalisations impliquant la ville se sont faites à l'avantage des citoyens concernés, qui ont vu leur loyer diminuer pour un logement de meilleure qualité».

Avec la collaboration d'Audrey Folliot, journaliste Bell Media

 

Infolettre Boom

Abonnez-vous à nos infolettres