Hausse soudaine et préoccupante de cas de COVID-19 dans le Haut-Richelieu

vaccine

La situation de la COVID-19 en Montérégie s'améliore depuis trois jours mais dans le Haut-Richelieu, c'est tout le contraire.  338 nouveaux cas ont été enregistrés dans les deux dernières semaines, ce qui représente près de 10 % de tous les cas dans la région, une situation préoccupante pour la Direction de la santé publique de la Montérégie.

La Montérégie enregistre aujourd'hui 148 nouveaux cas de COVID-19, poursuivant la tendance à la baisse dans la région depuis trois jours. Pourtant, dans le Haut-Richelieu, la santé publique lance un appel au dépistage aux personnes qui pensent être atteintes en raison de données à la hausse depuis le début de l'année 2021. 

Il y actuellement 25 éclosions actives et 200 cas actifs exclusivement à Saint-Jean-sur-Richelieu, notamment à l'Hôpital du Haut-Richelieu 4 unités sont en éclosion, avec  47 travailleurs infectés et de 37 personnes atteintes placées dans des lits dédiés à la COVID-19.  

La santé publique de la Montérégie demande à la population de ne pas baisser la garde puisque le virus circule partout à St-Jean-sur-Richelieu.  

Il semblerait que la transmission soit communautaire et pas exclusivement ciblée dans les milieux de vie pour aînés, scolaires ou milieux de travail.  

La directrice de la santé publique, Docteure Julie Loslier demande aux gens qui croient avoir des symptômes ou qui ont été exposés à la COVID-19 de se faire dépister. Deux unités mobiles sont d'ailleurs déployées demain (4 février) et le 10 février prochain au Quality Hotel. 

«C'est vraiment dans la MRC du Haut-Richelieu que l'on retrouve le taux quotidien par 100 000 habitants le plus élevé de la Montérégie. La quasi-totalité des cas est dans la Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu. Ce n'est pas hors de contrôle: il y avait une amélioration dans la dernière semaine et avec le dépistage accéléré, nous pensons qu'il est possible d'avoir une tendance à la baisse. Ce que l'on remarque, c'est que les gens ne se font pas dépister assez rapidement lorsqu'ils croient avoir des symptômes.  Trois quarts des nouveaux cas proviennent de la transmission communautaire»

Docteure Julie Loslier directrice de la santé publique de la Montérégie 

La santé publique de la Montérégie recommande maintenant aux gens qui vivent sous le même toit qu'une personne qui a des symptômes de la COVID-19 de s'isoler jusqu’à ce que la personne obtienne le résultat de son test de dépistage.

Docteure Loslier indique aussi que la question des variants «préoccupe» et que des échantillons sont séquencés en lien avec des éclosions à Saint-Jean-sur-Richelieu et ailleurs en Montérégie. Ils ont d'ailleurs été soumis pour évaluation. 

Le maire Alain Laplante demande aussi aux citoyens d'être vigilants.

«Le Service de police est déjà sur le terrain depuis des mois et s'assure du respect des consignes. Les éclosions ne sont pas dans des milieux particuliers et ciblés.  De là notre appel à la vigilance pour les petites gestes, pour éviter les petites rencontres dans les prochaines semaines pour que ca baisse encore. Il faut aussi respecter le couvre-feu, le lavage des mains et les mesures sanitaires en place.» 

Alain Laplante, maire de Saint-Jean-sur-Richelieu

Du délestage dans les hôpitaux 

La capacité hospitalière a d'ailleurs été fortement affaiblie dans les dernières semaines,  ce qui a nécessité du délestage tant à l'Hôpital Charles-Le Moyne de Greenfield Park qu'à l'Hopital du Haut-Richelieu.

Au sein des 2 établissements, le bloc opératoire fonctionne actuellement à 50% et à 70% pour l'endoscopie.

La directrice générale adjointe du CISSS de la Montérégie-Centre, Lise Pouliot explique qu'avec la baisse du nombre de cas, les 2 établissements veulent minimiser le délestage dans les prochaines semaines.

«  Évidemment qu'actuellement, il y a des lits dédiés aux patients COVID et d'autres, aux patients en investigation. Lorsqu'il y a une éclosion nous devons fermer l'unité en question, il y a des unités partiellement utilisées dans le moment.  Par contre, dès la semaine prochaine, nous prévoyons augmenter nos activités  chirugicales autour de 70% (entre le 8 et le 15 février). Pour l'endoscopie, nous visons 80% au sein des 2 établissements. Progressivement, nous tentons de rétablir nos activités en fonction de l'achalandage lié à la COVID-19. Des effectifs déplacés retourneront vers leur secteur d'origine sous peu.»

Lise Pouliot, présidente directrice générale adjointe CISSS Montérégie-Centre  

En terminant, voici tout ce que vous devez savoir en lien avec la situation de la COVID-19 en ce 3 février 2021

 

 

 

 

 

Infolettres Boom 104.1 - 106.5

Contenu en rafale, promotions exclusives, concours et bien plus encore !