Hydro-Québec: Premières centrales solaires inaugurées en Montérégie

Vue à vol d'oiseau des milliers de panneaux solaires de la centrale Gabrielle-Bodis d'Hydro Québec à La Prairie

Les deux premières centrales solaires de l'histoire d'Hydro-Québec, toutes deux en Montérégie, ont été inaugurées lundi.  Ensemble, elles peuvent alimenter en électricité jusqu'à 1000 foyers grâce à une puissance combinée de 9,5 MW, qui produira près de 16 GWh d'énergie par année. 

La centrale de La Prairie comporte 26 000 panneaux solaires (dont plus de 4 200 assemblés au Québec) sur l'équivalent de 28 terrains de football. Elle porte le nom de Gabrielle Bodis, la première ingénieure diplômée de Polytechnique et la première à être embauchée à la société d'État en 1959.  Elle y a travaillé plus de 35 ans. De plus, il s'agit de la première installation d'Hydro-Québec qui porte le nom d'une femme.

«Nous sommes heureux que le Québec fasse son entrée dans la production d'énergie solaire en mettant à profit l'expertise d'ici, tant pour la construction des centrales, avec l'entreprise Borea, que pour l'acquisition d'une partie des panneaux, avec la société Stace.»

Jonatan Julien, ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles. 

L'autre centrale, cinq fois plus petite avec ses 4 600 panneaux, a été construite à Varennes. Elle se nomme Robert A. Boyd pour honorer l'ancien PDG de 1977 à 1981, à qui l'on doit notamment le succès du développement de la Baie-James. Il a aussi contribué à la création de l'Institut de recherche d'Hydro-Québec, située tout à côté.

Les installations serviront de banc d'essai pour déterminer si la technologie solaire est adaptée au climat du Québec, au parc de production et au réseau de transport d'électricité.

 

 

Infolettres Boom 104.1 - 106.5

Contenu en rafale, promotions exclusives, concours et bien plus encore !