Immigration: les restaurateurs québécois sonnent l'alarme

restauration

Les restaurateurs du Québec lancent «un cri d'alarme» concernant la baisse des seuils d'immigration envisagée par le gouvernement Legault.

En commission parlementaire, des acteurs du milieu de la restauration ont affirmé que plusieurs établissements devront mettre la clef sous la porte en raison de la pénurie de main-d'oeuvre.

De nombreux restaurants sont déjà obligés de fermer quelques jours par semaine ou de modifier leurs heures d'ouverture parce qu'ils n'ont pas assez d'employés.

L'Association Restauration Québec (ARQ) estime que l'an dernier, on dénombrait près de 14 000 postes vacants dans la restauration à travers la province.

En 2025, environ 5500 postes d'aides-cuisiniers et plongeurs seront à pourvoir, selon une estimation de la firme Raymond Chabot Grant Thornton. À cela s'ajouteraient 2700 postes vacants de cuisiniers et 1800 postes de serveurs. Le total de poste à combler en restauration devrait doubler pour 2035.

Le manque de personnel pourrait éventuellement se faire sentir sur la qualité de la nourriture servie. Plus de produits devront être achetés plutôt que cuisinés, selon l'ARQ.

Les restaurateurs estiment qu'une partie de la solution se trouve dans l'accueil de plus de travailleurs étrangers temporaires.

La CAQ souhaite également que les règles de ce programme fédéral soient assouplies. 

Infolettre Boom

Abonnez-vous à nos infolettres