Interdiction de médias sociaux de 3 ans pour Valentin Auclair

Réseau social VK-Valentin Auclair devra éviter les médias sociaux pour 3 ans et suivre une thérapie

À Granby, la juge Danielle Côté interdit les réseaux sociaux pour 3 ans à Valentin Auclair, cet homme de 38 ans reconnu coupable d'avoir incité à la haine contre un groupe identifiable. 

L'homme était détenu depuis 5 mois et a plaidé coupable mardi le 9 juin: la juge l'a alors condamné à 7 mois de prison. Sa détention préventive purgée jusqu'ici lui a toutefois permis de retrouver sa liberté à sa sortie du tribunal mais avec des interdits strictes sur l'utilisation des médias sociaux.  

Ainsi donc, il n'a pas le droit d'utiliser Internet pour consulter du contenu raciste et haineux, il lui est aussi formellement interdit pendant sa probation de fréquenter les réseaux sociaux et les forums de discussion.

Il avait été appréhendé par les policiers de Granby en janvier dernier après que La Voix de l'Est et un blogueur, Xavier Camus, aient identifié plusieurs contenus à teneur haineuse sur les médias sociaux.

On lui reprochait entre autres d'avoir louangé Adolf Hitler mais aussi des propos racistes à l'égard de la communauté noire et de la communauté musulmane.

L'homme a donc plaidé coupable mardi, coupant court au processus judiciaire.  

La Couronne a présenté 300 pages de captures d'écrans haineuses dans son dossier portant sur les Juifs et gens de plusieurs communautés, de juillet 2019 à janvier 2020. 

Jointe par notre service de nouvelles, la procureure de la Couronne à la Direction des poursuites criminelles et pénales, Maître Cassandre Hamel parle d'une peine satisfaisante compte tenu des circonstances.

« Après maintes discussions et recherches sur la peine,  la peine est raisonnable, juste et appropriée. Sa détention préventive est calculée à temps et demi. Il est maintenant assujetti à une probation avec des conditions strictes quant aux médias sociaux. Nous avons présenté une suggestion commune en fonction de la preuve et des éléments reconnus par M. Auclair. Les propos, le nombre et la durée ont eu un impact sur la sentence. Il devra faire un suivi régulier avec un agent de probation et prendre une médication appropriée. Il doit aussi suivre une thérapie sur la radicalisation. »

- Me Cassandre Hamel, procureure à la Direction des poursuites criminelles et pénales  

L'avocate de la Défense, Me Geneviève Cardin a mentionné que son client était «influencable» et n’avait pas d’antécédents judiciaires, en plus d'admettre la portée de ses écrits, selon ce que rapporte La Voix de l'Est.

La juge Danielle Côté a retenu la suggestion en qualifiant les écrits d'Auclair «d'une violence exceptionnelle».   

La suggestion commune rejoint donc la jurisprudence pour ce genre d'offense: elle prévoit une fourchette de 7 mois à un an de prison.

Infolettres Boom 104.1 - 106.5

Contenu en rafale, promotions exclusives, concours et bien plus encore !