L'APTS Montérégie demande un plan d'urgence contre l'exode de personnel

DPJ

L’exode du personnel qui sévit dans les centres jeunesse à travers le Québec accentue «sérieusement» la crise que traverse le système de protection de la jeunesse. La représentante national de l'APTS en Montérégie demande au ministre délégué à la Santé Lionel Carmant d'agir et vite.

Un récent reportage de l'émission Enquête à Radio-Canada faisait état de la désertion de professionnels quil quittent les centres jeunesses pour aller ailleurs dans le réseau, en raison des «conditions difficiles»

En raison de la fusion des listes d'anciennetés, les intervenants les plus expérimentés peuvent facilement quitter pour d'autres postes dans le réseau. 

La représentante de l'APTS en Montérégie Fabienne Chabot a été «touchée» par la réalité présentée dans le reportage de Radio-Canada et dénote que plus d'une trentaine de d'intervenants ont postulés en dehors du réseau, en Montérégie, une situation «alarmante». 

«Bien que la Commission Laurent nous aidera à améliorer des choses, ca ne résout pas la crise actuelle.  C'est un exode que l'on craignait: il y a au moins 5 postes qui ne sont pas comblés dans un secteur et qui sont vacants. Bien que le ministre Lionel Carmant a annoncé 47 millions pour réduire les listes d'attente à la DPJ au Québec, nous avons toujours prétendu qu'il faut 200 millions. Il faut être attractif et agir maintenant pour freiner l'exode»

-Fabienne Chabot, représentante APTS-Montérégie

Pour l'APTS, ces syndiqués qui quittent pour de meilleures conditions sont la résultante d'une réforme de 2015 qui n'a pas fonctionné. Elle estime que l’exode est directement lié à la fusion des listes d’ancienneté entraînée par la création des nouvelles unités d’accréditation à l’échelle des centres intégrés de santé et de services sociaux (CISSS)

On peut cliquer sur le lien ici pour lire les demandes des travailleurs et travailleuses de l'APTS en Montérégie.

 

 

Infolettre Boom

Abonnez-vous à nos infolettres