L'ex-chef de cabinet Guy Grenier perd une manche en Cour supérieure

30784504_10157446973351562_1651662285_n

L'ancien chef de cabinet du maire de Saint-Jean-sur-Richelieu, Guy Grenier perd une première manche en Cour supérieure.

 Il s'est vu refuser le droit d'interroger les 9 conseillers qui l'ont congédié au printemps 2018. 

Dans une décision rendue le 26 septembre, le tribunal est d'avis que leurs témoignages n'est pas pertinent et rappelle que cette décision a été prise lors d'une assemblée publique.

Il a 30 jours pour contester la décision. 

Le maire Alain Laplante avait déjà déclaré que cette «résolution a été rédigée sous de faux prétextes».

De plus, la juge Nicole Gibeau rejette sa demande de condamner la Ville à 30 000 $ pour abus de procédures.

Rappelons M. Grenier conteste toujours son congédiement et poursuit les 9 conseillers et le directeur général en diffamation pour 1,1 M$.

Guy Grenier a été remercié de ses services avant la fin de sa probation de 6 mois.

L'ex-chef de cabinet du maire Alain Laplante a aussi reçu 6 mois de salaire à son départ

L'avocate de Guy Grenier, Maître Laurence Martin  n'a pas voulu commenter à savoir si on allait en appeler de cette décision ou respecter le verdict

Maitre Antoine Aylwin, qui représente le conseil municipal, explique que deux options s'offrent maintenant à Guy Grenier dans cette affaire. 

«Le recours pris par M. Grenier visait à casser des résolutions du conseil municipal, il demandait «d'invalider» ces résolutions. C'est la même chose que l'on soit au conseil, à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des communes: la décision de l'assemblée c'est la résolution. Donc la raison pourquoi chacun des conseillers a voté pour ou contre, ce n'est pas cela qui peut être «contrôlé» par la juge.  Pour l'instant, nous n'avons pas d'indications si cette décision sera contestée ou non ou si M. Grenier se rangera derrière la suggestion du tribunal de faire en sorte que la date du procès soit fixée le plus rapidement possible.»

 

Infolettre Boom

Abonnez-vous à nos infolettres