Les foodtrucks toujours interdits à Saint-Hyacinthe malgré la pandémie

Un camion de cuisine de rue, appelé souvent foodtruck.

La Ville de Saint-Hyacinthe rappelle que les camions de cuisine de rue ou les kiosques de restauration ambulants sont toujours interdits sur l'ensemble des rues et places publiques de son territoire, une réglementation qui soulève les passions de la population en contexte de pandémie.

 

Avec l'annulation des événements estivaux en raison de la COVID-19, les propriétaires de foodtrucks sont privés de revenus importants. Malgré cela, la ville ne semble pas vouloir assouplir son règlement sur les nuisances, qui régit leur exploitation.

La présence de ces camions est donc interdite dans le stationnement d’un commerce, sur une propriété privée résidentielle et accessible au public, également comme moyen d’amasser des fonds pour un événement ou un organisme et lors d’un événement public pour un commerce.

Les foodtrucks sont autorisés seulement lors d'événements spéciaux sur permission de la ville ou lors d’événements privés sur un terrain privé, en remplacement d'un service de traiteur.

Le maire de Saint-Hyacinthe, Claude Corbeil, a justifié la décision lors de la séance du conseil municipal hier soir en disant vouloir prioriser les commerçants locaux.

« Nous voulons éviter la compétition déloyale avec nos restaurateurs ayant pignon sur rue. Ces derniers ont des frais fixes à l'année, que ce soit le loyer ou les taxes municipales et ils ont grandement besoin qu'on aille dans leurs établissements, je vous dirais. Les propriétaires de kiosques ambulants ne paient pas de taxes municipales, ça devient donc inéquitable. »

- Claude Corbeil, maire

Les propriétaires citoyens ou propriétaires de foodtrucks qui contreviendraient à la réglementation s'exposent à un constat d'infraction. Pour la première offense, le constat sera de 100 à 1000 $ par jour pour une personne physique et de 200 à 2000 $ pour une personne morale, comme un commerce. C'est le double pour une récidive.

Sur la page Facebook de la Ville, de nombreux citoyens ont déploré la décision, alors que les propriétaires de foodtrucks sont aussi des gens du coin. Ils estiment que cette décision risque d'encourager les gens à tout simplement aller manger à l'extérieur de la Ville.

À la direction des communications de la Ville, on nous dit que les élus étaient tous en accord pour maintenir l'interdiction et qu'il n'y a pas d'assouplissement ou de consultation prévus à court terme, alors qu'il y a eu des problématiques de commerce ambulant dans le passé.

Infolettres Boom 104.1 - 106.5

Contenu en rafale, promotions exclusives, concours et bien plus encore !