Les producteurs montérégiens lancent un cri du coeur pour l'achat local

Les producteurs de l'UPA de la Montérégie sont mobilisés pour l'achat local

Les producteurs agricoles montérégiens de l'UPA ont besoin de vous plus que jamais et lancent la campagne «Mangeons local plus que jamais!». Après le «Panier bleu» du gouvernement de François Legault, les producteurs estiment qu'il faut envoyer un message fort aux producteurs locaux en ce temps de crise.

Il faut savoir que l'agriculture est le gagne-pain de bien des gens en Montérégie: on compte 6880 fermes dans la région qui génèrent 30% du PIB agricole au Québec.

Vous pouvez dès maintenant afficher vos couleurs sur les médias sociaux en affichant le #LocalPlusQueJamais, en montrant votre soutien à l'agriculture dans la région et ailleurs au Québec. 

Il y a déjà une page web dédiée au mouvement en suivant le lien suivant http://www.upa.qc.ca/fr/mangeons-local-plus-que-jamais/

Dans la région, les producteurs horticoles assument des pertes de milliers liées à la production et la période de Pâques, plusieurs érablières ont des milliers de dollars en perte de revenus et des abattoirs de la Montérégie ont dû fermer ou réduire considérablement leurs activités.  D'autres ne pourront participer à des marchés publics.

Une dizaine de producteurs de toutes sortes de la région participent à la campagne en cours.

Il faut savoir que même si la transformation agroalimentaire tourne à plein dans la région, des producteurs maraîchers ont dû ralentir leurs activités commerciales à la ferme en raison des règles sur la distanciation et le confinement. D'autres ont dû faire preuve d'inventivité pour se mettre en marché.

Christian Saint-Jacques explique que c'est le système de livraison qui est plus difficile à l'heure actuelle dans la région pour les plus petits joueurs. Il invite les consommateurs à toujours considérer les produits du Québec avant chaque décision.

  «Nous saisissons le momentum pour dire qu'il faut soutenir notre agriculture par un geste clair, un appui à nos agriculteurs. Différentes productions subissent des impacts divers, notamment les serres qui sont fermées. Au niveau du porc, la capacité d'abattage a été réduite dans plusieurs de nos abattoirs, la production de lait est touchée. La campagne est là pour que l'on passe à l'action. Chaque ferme doit innover pour trouver des façons de livrer les produits.»

Christian Saint-Jacques, président UPA Montérégie

Depuis le lancement du portail du Panier Bleu, on apprenait que jusqu'ici, 1000 producteurs agricoles affiliés à l'UPA présentent et commercialisent leurs produits sur la plateforme. 

Martine Fournier

Des programmes à démêler et de la paperasse

L'UPA offre actuellement un service d'accompagnement à la comptabilité et pour y voir clair dans les différents programmes fédéraux et provinciaux en agriculture.

L'Union tient des rencontres régulières avec ses membres et le ministère de l'Agriculture au Québec.

Il est toutefois difficile d'y voir clair puisque les critères d'admissibilité varient de jour en jour en fonction des pertes et de l'aggravation de la crise.

«Pour l'instant c'est compliqué, les programmes changent et nous tentons de les faire connaître aux producteurs, en les informant avec l'information la plus fraîche. La situation évolue quotidiennement. Il y a des seuils d'éligibilité pour se qualifier: au début, le programme était offert aux entreprises pour ceux qui avaient subi 30% de pertes en mars et le seuil a été abaissé à 15% dans les dernières heures. C'est pour cela que nous invitons les producteurs à nous contacter à nos bureaux s'ils ont des questions. »

 Christian Saint-Jacques, président UPA Montérégie

 

 

Infolettres Boom 104.1 - 106.5

Contenu en rafale, promotions exclusives, concours et bien plus encore !