LONGUEUIL: Femme blessée à la tête dans des circonstances mystérieuses

Police de Longueuil

Le Service de police de l'agglomération de Longueuil (SPAL) déploie un poste de commandement pour obtenir des informations concernant la femme retrouvée blessée, lundi le 27 janvier, au coin du boulevard Marie-Victorin et de la rue Charbonneau. 

Par voie de communiqué, les autorités indiquent qu'elles privilégient la thèse d'un acte criminel et souhaitent entrer en contact avec « toute personne qui aurait pu observer quoi que ce soit en lien avec les circonstances menant à ces blessures, car la moindre information pourrait s’avérer utile dans le développement de l’enquête.»

Le poste de commandement sera en place dès 17h lundi et ce, jusqu'à 1h, à l'intersection où la dame a été retrouvée.  Les enquêteurs de la section des crimes graves seront présents.

Le SPAL nage en plein mystère

Mercredi dernier, le SPAL indiquait déjà rechercher de potentiels témoins d'un accident ou d'une agression commise envers une femme, tard lundi soir, à Longueuil. ​

Une femme de Brossard a été retrouvée gravement blessée à la tête vers 23h le 27 janvier, gisant sur la chaussée, aux coins du boulevard Marie-Victorin et de la rue Charbonneau.

On ne craint plus pour la vie de la dame dans la quarantaine, mais elle a été hospitalisée plusieurs jours. Elle souffre d'amnésie et ne se souvient plus du tout de ce qui s'est passé. On ignore exactement quelles séquelles elle gardera de l'événement.

Jusqu'à maintenant, l'enquête démontre qu'elle aurait quitté son domicile à pied vers 22h30, mais le reste est un mystère. Les policiers espèrent trouver un ou des témoins qui pourront éclaircir les circonstances de l'événement. Toutes sortes d'hypothèses, comme une chute accidentelle, étaient initialement envisagées, mais celle d'un acte criminel a finalement été retenue.

Si vous avez circulé dans le secteur et avez vu quelque chose lundi soir entre 22h30 et 23h15, contactez la police de Longueuil au (450) 463-7211. Toutes les informations transmises seront traitées par un enquêteur, de façon confidentielle.

En collaboration avec Audrey Folliot, journaliste Bell Média